‘T’es moche’, ‘J’taime pas’, ‘T’es chiante’… Mes enfants s’adorent !

Depuis quelques mois ces mots, je les entends de la bouche de Chouquette et Roloulou du matin au soir. Ils se cherchent, se testent, se balancent à la tête des mots qui blessent dès le petit-déjeuner, dans la voiture après l’école, dans le jardin, à table…c’est fatiguant. Je ne suis pas toujours près d’eux pour identifier les raisons de leurs prises de bec, alors quand bien même je leur demande des explications après, ils campent tous les deux sur leurs positions et ça ne les calme pas plus! Et moi au milieu et bien des fois je me trouve impuissante. Ça part en cacahouètes pour un tout petit truc: un soupir de l’un d’entre eux, un jeu qui se trouve dans la chambre de Roloulou mais qui appartient à Chouquette, le désaccord sur le programme télé, l’un d’entre eux qui passe plus de temps avec le Boubou, un qui veut rentrer en premier dans la maison… Tout est prétexte pour qu’ils se chamaillent. Est ce que c’est parce qu’ils n’ont que deux ans d’écart et qu’ils sont de sexe opposé?

J’ai beau leur dire de s’ignorer, de prendre sur soi, de passer outre, de ne pas chercher le conflit, de ne pas répondre quand ça ne vaut pas la peine, mais ça ne marche pas à tous les coups. Je leur ai dit qu’ils avaient le droit de se détester, que je ne pouvais pas les forcer à s’aimer mais qu’ils étaient frère et sœur et qu’ils devaient se respecter. Parce que des fois ça va loin c’est arrivé que je les entende se dire ‘Je vais te tuer’, et là je bondis… Jamais on ne dit ça! On ne se met pas non plus de tarte ou de coup de pied!! Malgré tout ça ils arrivent à trouver des moments où ils s’entendent bien, alors quand je les vois jouer ensemble autour d’un jeu de société ou quand Roloulou a envie d’apprendre quelque chose à sa sœur je les félicite, je les encourage, et insiste sur le fait qu’ils peuvent passer de bons moments tous les deux.

unnamed

Certaines fois, tellement j’en ai marre de les entendre, et que ma patience a des limites, j’ai envie de leur hurler dessus: ‘Mais allez y mettez-vous sur la tronche, faites vous bien mal, défoulez vous j’en ai rien à foutre de toute façon’… Je sais que ça va passer mais en attendant c’est pas évident à gérer!

Chez vous aussi dans la fratrie il y a beaucoup de chamailleries?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Caroline