Portrait de Maman [Danielle]

Continuons dans la série ‘Portrait de Maman’, rencontre avec Danielle, maman de Salomé (4,5 ans) et Ruben (15 mois). Danielle a vécu 2 grossesses particulièrement difficiles.

Femin’elles: ‘Comment s’est passée ta 1ère grossesse ?’

Danielle: ‘ Je suis tombée enceinte en C1, belle surprise, mais les inquiétudes ont commencé tôt… En effet, à l’écho des 12sa, l’échographe a décelé une “anomalie” sur la tête de ma fille qui présentait une boule. La clarté nucale était parfaite, le tri-test aussi, mais dans le doute, j’ai été orientée vers une maternité de type 3 pour faire une amniocentèse.
Celle-ci s’est très bien passée, mais au bout de quelques jours, j’ai commencé à perdre du liquide amniotique et mon col a commencé à s’ouvrir en entonnoir sous l’effet des contractions (20-25 par jours). J’ai été mise au repos strict, puis placée sous salbumol (6 par jour).’

Femin’elles: ‘Tu as étais alitée très tôt à 17SA, as-tu eu des amis, des proches pour venir t’aider dans la vie quotidienne?’

Danielle: J’habite loin de ma famille et de mes amis, mais ma belle-famille a été très présente pour tout : soutien psychologique et aide en tout genre (courses, travaux dans l’appartement, etc.). J’ai été très entourée et aidée, mon mari faisait tout à la maison, j’ai pu rester alitée sans problème!’

Femin’elles: ‘Puis quelques semaines après , grosse frayeur…’

Danielle: ‘ Oui à 22SA  je me suis mise en travail, mais heureusement il a été stoppé à la maternité et finalement, j’ai pu mener ma grossesse jusqu’à 37sa+6 jours.’

Femin’elles: ‘Comment s’est passé l’accouchement?’

Danielle: ‘ Ma fille était en siège décomplété et ma gynéco m’a proposé une version que j’ai accepté. Elle a été faite à 36 SA mais a échoué, ma fille n’a pas bougé d’un poil! Finalement, la pelvimétrie étant bonne, ma gynéco m’ a proposé un accouchement par voie basse : ma fille est née en 20 minutes!

Accouchement extra en 7h! Par contre, la péri n’a pas marché : comme j’ai une hernie discale, ma gynéco et l’anesthésiste avaient prévu une rachi, mais le jour J l’autre anesthésiste a voulu faire la péridurale quand même, malgré mon opposition et les mentions de mon dossier : évidemment, elle n’est pas passée.

J’ai  aussi eu une épisiotomie et des éraillures ( peau arrachée, muqueuse à vif) et une déchirure : 25 points au total qui ont très bien cicatrisé, aucunes séquelles et aucune douleur même immédiatement après.
J’ai dû également subir une révision utérine, car le placenta n’est pas sorti complet, j’ai refusé l’anesthésie générale et j’ai bien fait : ça a été rapide et bien fait, aucune douleur majeure.’

Femin’elles: Quelques années après tu étais de nouveau enceinte, as tu eu des appréhensions pour cette nouvelle grossesse?’

Danielle: ‘ Nous avons décidé de faire un deuxième bébé quand ma fille a eu 3 ans. Aucune appréhension de notre part vis à vis de cette grossesse, car un bon souvenir quand même de la première qui s’est au final bien terminée.
Je suis tombée enceinte en C5 et les soucis ont commencé au tri-test : mauvais. Là ça a été un choc, je l’ai très mal vécu, car je ne m’y attendais pas!’

Femin’elles: ‘Et comment s’est déroulée cette nouvelle grossesse?’

Danielle: ‘Ma famille et ma belle famille m’ont énormément soutenue. L’amniocentèse  s’est très bien passée, mais je me suis retrouvée alitée tout de suite après pour cause de contractions et col modifié, mais fermé : dès 23 SA jusqu’à l’accouchement, je suis restée à la maison et mon mari a dû s’occuper de notre fille en grande partie seul.
Mon gynéco m’a quand même autorisé à marcher un peu, vu que mon col était fermé. Mon fils s’est très vite présenté en transverse, puis en siège complet. La version était programmée quand il s’est retourné seul à 35 SA!’

Femin’elles: ‘Tu as vécu un accouchement similaire à celui de ta fille?’

Danielle: ‘Il est né rapidement par la tête, sans épisiotomie ni déchirure. J’avais prévenu dès mon arrivée à la maternité de mon problème de placenta et les sages-femme ont été très vigilantes. Elles m’ont fait une expression abdominale (une pression sur le fond de l’utérus) et j’ai dû pousser comme pour accoucher, car il ne sortait pas et finalement tout s’est bien passé sans révision utérine cette fois.’

Femin’elles: ‘Un désir d’autre  enfant?’

Danielle: ‘Nous ne voulons pas de 3ème enfant, car nous avons chacun 37 ans, je veux travailler à temps plein et rester disponible pour mes enfants.’

Rendez-vous sur Hellocoton !

Portrait de Maman [Mary]

Je continue ma série ‘Portrait de Maman’, aujourd’hui c’est au tour de Mary: maman de 3 enfants (6 ans, 3 ans et demi, 13 mois). Mary fait l’école à la maison.

Femin’elles: ‘Comment t’es venue l’idée de faire l’école à la maison?’

Mary: ‘Ma fille ainée a toujours eu des soucis de santé liés à ses angoisses, l’année dernière elle était en GS et ça s’est accentué (crises d’asthme, couverte d’eczéma) on a mis longtemps à faire un lien avec l’école, on a vu un pédopsy qui nous a conseillé de la faire tester (fin novembre). Elle est précoce et s’ennuie terriblement à l’école , là elle est à saturation, elle a fait tout ce qu’elle a pu pour se conformer à ce qu’on attendait d’elle mais elle n’en peut plus. Le pédopsy, la psy qui la suit depuis qu’elle a 2 ans et demi, nous conseille un passage anticipé en cp (elle a appris à lire seule en 1 mois) . Les démarches sont dures mais en avril c’est accepté et elle entre dans une école à 25km de la maison (effectifs réduits multi-niveaux) .

Cette année elle entre en ce1, début novembre, hospitalisation,elle ne parle plus, ne mange plus, asthme+++. On revoit le pédopsy qui nous dit ‘tant qu’on n’aura pas trouvé une pédagogie adaptée elle continuera à attaquer ses défenses immunitaires’ pas d’école adaptée dans un rayon de 50km et à moins de 600 euros par mois… on décide de la dé-scolariser et de lui faire prendre des cours par correspondance.’

Femin’elles:‘Ton fils est lui aussi dé-scolarisé ?’

Mary: ‘ Oui, il était en PS et détestait l’école car il s’y ennuyait beaucoup . Il est aussi dé-scolarisé  (je ne peux pas passer 2h30 sur la route par jour + faire l’école de la grande et m’occuper de la petite…) ‘.

Femin’elles:Ton mari et toi avez longtemps réfléchi avant de franchir le pas?’

Mary: Non, ça s’est presque fait sur un coup de tête, après l’hospitalisation on a décidé de la garder une semaine avant de la remettre à l’école, on savait qu’on repartirai dans la même galère, parce que même si l’instit essayait de comprendre le souci, elle s’occupait de 3 niveaux (gs-cp-ce1) et ma fille étant dans le niveau le plus haut elle ne pouvait pas s’évader en écoutant plus intéressant. On a demandé au pédopsy et à la psy si c’était une bonne idée ils nous ont dis que oui à condition de ne pas confondre maman et instit’…’ .

Femin’elles: ‘Qu’en pense ton entourage ?, as tu eu des réflexions désobligeantes?

Mary: ‘ Pas eu de réflexion désobligeante car dans l’ensemble tout le monde connait bien la ‘différence’ de ma fille, et le fait qu’elle arrive inconsciemment à se rendre malade inquiète et fait se poser des questions plus poussées. Certains m’ont dit qu’il suffirait de la forcer à l’école mais il n’y a aucun besoin de la forcer, elle y va de bon cœur, mais le vit mal sans qu’elle sache pourquoi. Je réponds à toutes les questions de tout le monde ‘.

Femin’elles:As tu reçu une formation pour faire l’école à la maison?’

Mary:Non aucune, mais les cours sont très bien expliqués et le niveau ce1, ça va je maitrise encore ‘.

Femin’elles:’ Y’a t-il des contrôles effectués par l’Éducation Nationale?’

Mary: ‘ Normalement oui, 1 contrôle de l’inspecteur d’académie en fin d’année scolaire pour évaluer le niveau (dans la pratique il parait que ces contrôles sont rares!) . Il y a aussi un contrôle social (par la mairie) pour vérifier si l’enfant est dé-scolarisé pour de bonnes raisons…’.

Femin’elles:Comment se passe une journée type?’

Mary: ‘ Je réveille ma fille aînée à 9h au plus tard (les autres se lèvent avant) mais elle a un sommeil particulier. Ils déjeunent, s’habillent et vers 10h15 la petite va à la sieste, le moyen regarde un dvd, on s’installe au bureau avec comme support le pc (elle est lente en écriture du coup je prépare les cours sur pc). J’ai regroupé les cours par matière, au lieu de faire 10 minutes de lecture, calcul, écriture, grammaire, histoire géographie, sciences, conjugaison… on fait 1/2h de 3 matières et le lendemain on change.

Après le repas, je fais ‘l’école’ avec mon fils sur un livre de vacances , il aime bien faire l’école comme sa sœur. Il me parait aussi pas mal en avance, mais du coup j’ai peu de repères “normaux” . Ensuite ils jouent ensemble ou regardent un film, jouent à l’ordi, dans la neige (en ce moment) , sinon on fait de la pâte à sel, des gâteaux, des dessins, des jeux de société. Ils jouent beaucoup tous les 3, même la petite participe aux jeux (docteur, papa et maman…).

Le soir la grande fait 1/2h d’écriture avec son père, exclusivement, pour lui apprendre à écrire plus rapidement.
Ensuite dîner, coucher et on repart pour une autre journée.
Le mercredi aucun devoir, ce sont les activités de  ma fille aînée, une baby sitter vient pour s’occuper des 2 plus petits. Le samedi elle fait le devoir à envoyer à la correction et le dimanche on glandouille tant qu’on peut ‘.

Femin’elles:Tes enfants ont-ils gardé  des liens avec leurs copains d’école ou ont ils des activités extra-scolaires?’

Mary:Ma fille a gardé beaucoup de contacts avec ses copines et copains de grande section, de notre ville… elle est toujours invitée aux anniversaires et les retrouve avec plaisir. Elle fait du piano, du solfège, de la danse et du cathé (choix de sa part…), elle a tissé de nouveaux liens et adore tout ça.

Mon fils n’a jamais été très sociable, à l’école il n’a pas adressé la parole à qui que ce soit pendant plus d’un mois (maitresse y compris) ensuite il a un peu participé aux activités mais ne jouait pas avec les autres. Pour le moment il ne fait pas d’activité extra scolaire.

La plus petite devait aller un peu à la Halte Garderie mais les horaires tombent toujours pendant ses siestes, du coup pour 1heure (au début) ça me gonfle ‘.

Femin’elles: ‘Combien d’années encore penses-tu continuer l’école à la maison?’

Mary: L’idéal serait qu’ils soient scolarisés à nouveau à la rentrée prochaine mais pas dans n’importe quelles conditions, on ne peut pas recommencer le cirque changement d’école –> tout va bien pendant 1 mois puis hôpital, questionnements, déscolarisation. C’est fatiguant pour tout le monde et j’ai peur que mon fils en pâtisse aussi. Cette année il faudrait aussi qu’on le fasse tester…

Le problème que je viens de découvrir est que le programme par correspondance est beaucoup plus poussé que celui de l’école… du coup j’ai peur de mettre ma grande dans un ce2 où elle aurait déjà tout vu, sachant que l’école dans laquelle elle était nous avait proposé de la passer en ce2 et qu’on a refusé , je trouverai abbérant qu’elle entre en cm1 à 6 ans et demi. Pas de solution, difficile de se projeter ‘.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Portrait de Maman [Christelle]

Je commence aujourd’hui une série de portraits de mamans.

Rencontre avec Christelle, maman de jumeaux (1 garçon et 1 fille) de 6 ans et demi, nés d’une FIV/ICSI après un long parcours de  PMA (Procréation Médicale Assistée).

Femin’elles: ‘ Au bout de combien de temps es tu tombée enceinte?’

Christelle: ‘Je suis tombée enceinte après 5 ans d’essais, nous sommes passés par la PMA. Après 4 inséminations artificielles, nous sommes passés à la FIV ICSI. Le 1er essai fût le bon.’

Femin’elles: ‘Des jumeaux, est ce une grande surprise ou bien suite à ton parcours tu t’y attendais?

Christelle: ‘On m’avait réimplanté 3 embryons et nous savions pertinemment que suite à un traitement par FIV les grossesses gémellaires étaient très fréquentes. Néanmoins, après autant d’attente, quand nous avons su que nous attendions des jumeaux, on était fous de bonheur (tout comme notre entourage d’ailleurs).’

Femin’elles: ‘Comment as réagi ton mari?

Christelle: ‘Un seul mot : HEU-REUX (avec tout de même une pointe d’inquiétude pour la grossesse, celle-ci étant à risque en cas de grossesse gémellaire).’

Femin’elles: ‘A combien de mois as tu été alitée et que faisais tu pour t’occuper?

Christelle: ‘Dès le début de grossesse, j’ai eu des pertes de sang. L’angoisse à chaque instant de les perdre, j’ai été alitée dès le 2ème mois de grossesse. Du 2ème mois à 5 mois et demi, j’étais à la maison : mon quotidien était rythmé par douche/pipi/télé. Les journées étaient longues, très longues. Je guettais les minutes jusqu’au retour de mon mari. Au cours du 6ème mois, j’ai été hospitalisée (je contractais beaucoup, les bébés faisaient leurs poids). A cette période, ma journée était ponctuée des allers et venues des infirmières, médecin… et de la visite de la famille.’

Femin’elles: ‘Comment s’est passé l’accouchement?’

Christelle: ‘Un soir, j’ai commencé à contracter +++. Malgré des perfusions pour stopper les contractions le travail était en route. Je savais que j’aurais une césarienne, le 1er jumeau, ma fille était en siège. Elle a finalement eu lieu plus tôt. Grand moment partagé entre stress et excitation. Tout s’est bien passé, Salomé fût vite auprès de moi suivi 2 minutes plus tard de mon fiston Théo. Tous 2 étaient en parfaite santé malgré un petit poids (2.200 kg chacun). Ils sont nés à 7 mois et 3 semaines.’

Femin’elles: ‘J’imagine que d’avoir des jumeaux c’est de l’organisation, as tu eu des proches pour venir t’épauler?’

Christelle: ‘Je n’ai pas eu de proche pour venir m’épauler mais mon mari a cumulé son congé paternité + ses congés annuels pour être un maximum présent les 1ers mois. J’avoue que les 1ers mois, on vit au rythme de bébés, couches, biberons, seins, bains… et un jour (le second plus beau jour après leurs naissances) ils font leurs nuits (et nous aussi ENFIN).’

Femin’elles: ‘Ils ont 6 ans et demi maintenant, sont ils vraiment fusionnels comme peuvent l’être les jumeaux de même sexe ou bien c’est différent étant donné que c’est un garçon et une fille?

Christelle: ‘Non ça n’a rien de comparable avec de « vrais » jumeaux. Ils ont ni plus, ni moins qu’une relation typique entre un frère et une sœur (peut-être aussi parce que nous n’avons jamais entretenu outre mesure leur gémellité : comme les habiller pareil, les appeler les jumeaux…). Il n’en reste pas moins qu’ils ont un lien très proche, ils sont très complices tous les 2.’

Femin’elles: ‘Imaginons que tu retombes enceinte de jumeaux, ta réaction ?’

Christelle: ‘Énorme surprise. Nous n’envisageons pas d’autres enfants, notre désir a toujours été d’en avoir 2, nous sommes à ce jour comblés. Et puis à bientôt 36 ans tous les 2, nous aspirons à d’autres choses que recommencer les couches et les biberons. Toujours est-il que si la vie nous faisait cette énorme surprise, je pense que quand nous aurions ‘digéré’ la nouvelle, nous les accueillerons avec tout le bonheur qu’est la naissance d’un enfant.’

Rendez-vous sur Hellocoton !