Mon avis sur le shampoing solide Lamazuna

J’ai entendu parlé des produits écologiques Lamazuna récemment et j’ai découvert par la même occasion qu’il existait des shampoings et des déodorants solides. Je débarque car en faisant des recherches  je vois que ce n’est pas nouveau du tout! Comme en ce moment je galère avec mes cheveux, ça me gratte et je les perds beaucoup, je me suis dit que c’était l’occasion de changer de routine pour ma tignasse et tester leur shampoing solide. J’ai commandé le shampoing pour cheveux normaux au pin sylvestre et j’ai acheté un déodorant solide également mais  j’en parlerai plus tard.

Le shampoing se présente sous la forme d’un cannelé de 55 grammes, il est fabriqué à la main, en France uniquement avec des ingrédients d’origine naturelle. Il existe aussi pour les cheveux secs à l’orange, et pour les cheveux gras à la litsée citronnée.

Composition: Sodium cocoyl isethioniate, kaolinite, stearic acid, cocos nucifera (coconut) oil*, coconut fatty acid, aqua, montmorillonite, decyl glucoside, lauryl glucoside, sodium isethionate, glycerin*, pinus sylvestris leaf oil*, limonene (composant d’huile essentielle)
* labellisés bio

Avantages: il est zéro déchet, sans sulfate, 100% naturel et dure aussi longtemps que deux bouteilles de shampoing liquide.

Son prix: 11 euros ( ce qui n’est pas donné pour un shampoing mais bon si il dure deux mois…)

shampoing-solide

lamazuna Lire la suite

Rendez-vous sur Hellocoton !

Naty, respectueuse des bébés et des mamans

J’ai découvert la marque Naty il y a peu en testant avec le Boubou leurs couches écologiques et j’en étais très satisfaite. Alors quand on m’a demandé de devenir ambassadrice de la marque afin de découvrir d’autres produits et de vous en parler ici, j’ai bien entendu accepté. D’ailleurs si vous souhaitez devenir ambassadrice vous aussi, c’est par ici, il suffit de remplir un petit formulaire et de parrainer 3 amis. En retour, le parrain bénéficiera d’échantillons gratuits, de 50% de réductions sur les vêtements pour bébés Naty en coton bio, d’actualités et de conseils, d’avant-premières produits…


Les couches par exemple ne contiennent ni chlore ni parfum et sont fabriquées dans des matériaux naturels et renouvelables.

 

Dans l’idée, dans sa philosophie, dans son approche respectueuse de l’enfant , de la nature, mais aussi du choix des parents, Naty correspond tout à fait à ce que je recherche et à ce que je demande à une marque.

 

Encore inconnue il ya quelques semaines à la maison, j’ai accepté en accord avec mes convictions et afin de me faire une vraie idée, de devenir ambassadrice de la marque et de vous faire part au fil du temps et de mes tests de mes impressions.

 

D’ailleurs, si cette démarche éco responsable vous touche, vous pouvez devenir à l’occasion des 20 ans de la marque, vous aussi ambassadeur Naty en vous rendant sur cette page là et de parrainer trois de vos amis afin de bénéficier alors de pleins d’avantages réservés aux ambassadeurs.

 

Si vous le faites, j’aimerai beaucoup qu’on échange notre point de vue ensuite.

– See more at: http://madamereve.over-blog.com/article-naty-une-marque-respectueuse-des-bebes-et-de-la-nature-124282209.html#sthash.vb1fOh5r.dpuquand on m’a proposé de devenir uen de leur amabassadrice afin de découvrir d’autres produits et d’en parler sur mon blog, j’ai bien entendu accepté. j’ai bien entendu accepté, d’ailleurs si vous voulez dvenir également c’est par ici : Créée en 1994 à l’initiative de Marlène Sandberg, une Maman entrepreneuse Suédoise,  la société Naty spécialiste des changes écologiques Je vous invite donc à devenir, vous aussi, ambassadeurs! comme d’autres blogueuses
Quel est l’intérêt, outre la sensibilisation à une consommation plus responsable? Des bons de réductions, des échantillons, des produits gratuits, des informations en avant-première, etc…
Pour cela, il suffit de remplir un petit questionnaire en ligne, ici! Ca prend trois minutes montre en main. Et d’inviter 3 amis à rejoindre également le programme.

POP_SIZE_5_1214_angle

Naty a été créée en 1994 par Marlene Sandberg, une Maman Suèdoise de deux enfants qui a eu une véritable prise de conscience quant à l’impact des couches sur l’environnement. Elle a décidé de faire changer les choses, et s’est lancée dans la création de sa marque qui propose des produits de toilette écologiques pour bébé à base d’ingrédients biodégradables, des vêtements mais également des produits pour  l’hygiène féminine (protèges slips et serviettes). Toute une gamme de produits conçus grâce à des matériaux naturels, sans chlore, sans parfum et sans plastique pour les couches qui sont composées de maïs sans OGM et de cellulose issu des forêts suédoises. Naty c’est une marque destinée aux femmes éco-responsables, respectueuses de l’environnement , et moi ça me plait!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chérie j’ai rétréci la poubelle #2

Je vous parlais ici de notre engagement en tant que Foyer témoin pour réduire nos déchets. En mars, nous n’avons pas changé nos habitudes, voici donc les chiffres: (2 adultes + 2 enfants de 3 et 5 ans qui mangent à la cantine).

Poubelle des verres 13,4 kilos (90% sont des binouzes…enfin je dis ça, je dis rien !)

Poubelle des déchets ménagers  26,6 kilos.

Poubelle  des cartons, emballages etc 17,2 kilos.


Avril et Mai nous devons choisir 4 gestes à améliorer ou à tester durant ces deux mois. Je me suis engagée à consommer moins de bouteilles d’eau, à faire du compostage, à limiter les sachets plastiques (quand je ferais les courses je ne mettrais plus mon poivron dans un sachet pour ensuite le peser, je collerais l’étiquette direct’ dessus par exemple.) à faire plus du fait maison (yaourts, pain, produits ménagers…)

Le composteur est donc arrivé ce week-end, et quoi qu’on y met dans le composteur?

Des coquilles d’œufs écrasés, des épluchures, filtres et marc de café, pain, restes de fruits et légumes, thé, serviettes en papier, kleenex, essuie tout, rouleau en carton du papier toilette et sopalin (déchirés en petits morceaux), coquillages écrasés, croûtes de fromage, déchets de viande, poisson , crustacés, gras (en petites quantités pour ne pas voir arriver les rats), brindilles, petits branchages, feuilles mortes, fleurs coupées, séchées, plantes séchées, tailles de haie, tontes de gazon (à faire sécher avant), fumier et litière d’animaux, sciure de bois non traité.

Par contre, ce que je n’y mets pas:  Étiquettes, papiers d’emballage, gros os, boites d’œufs, boites d’emballage, gros branchages, taille de thuyas et cyprès, aiguilles de pin, mauvaises herbes grainées, bois de palettes, contre-plaqué, journaux, magazines, papiers glacés.

Un geste très ludique à faire avec les enfants. Fin avril j’irais même visité le centre de tri sélectif, une visite très intéressante à l’horizon!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chérie! J’ai rétréci la poubelle!

Il y a quelques semaines j’ai vu une affiche  d’information intitulée ‘Chérie, J’ai rétréci la poubelle!’ Saint-Brieuc Agglomération lançait une campagne de prévention en matière de collecte des déchets ménagers. Ils recherchaient  30 foyers témoins pour leur faire connaître la quantité de déchets qu’ils produisent et ainsi les aider  à  faire diminuer tout ça  grâce à quelques conseils.



J’ai posé ma candidature et nous avons été retenus. Pourquoi ai-je postulé? Et bien je voulais me rendre compte réellement du nombre de kilos qu’on pouvait jeter ou recycler. Et puis l’idée du compost avait germé dans ma tête quelques temps auparavant, je me suis donc dit que c’était le bon moment pour le faire.  ( L’agglomération va offrir un composteur à ceux qui ne sont pas équipés) Je trouvais aussi que c’était une bonne action pour sensibiliser Chouquette et Roloulou au tri.

Hier soir a eu lieu la 1ère réunion d’informations. Nous avons eu un petit topo pour savoir quoi mettre dans chaque poubelle de couleur et nous avons discuté de la mise en place de cette campagne, qui va se dérouler sur 3 mois. Pendant tout le mois de mars , nous n’allons pas changer nos habitudes. (Je vais pouvoir continuer à faire mon ménage à la lingette et à acheter des pom’potes). Nous devrons juste peser nos poubelles et retranscrire les pesées sur des fiches. Avril et mai (c’est là que ça se gâte), nous allons devoir mettre en place, ou amélioré,  4 gestes parmi 10 qui nous ont  été proposés (boire de l’eau du robinet, mettre un stop-pub sur la boite aux lettres, acheter à la coupe plutôt que sur-emballé, fabriquer du compost, donner plutôt que de jeter…) Et au fil du temps on se rendra compte de la diminution de nos déchets.

Hier soir j’ai appris que 60% de ce que contient la poubelle marron n’est pas recyclé , ca va directement au centre d’enfouissement ! C’est énorme je trouve!   Et chose que je ne savais pas non plus, c’est lorsque l’on donne des vêtements dans les bornes qui sont mises à disposition dans les villes, on pouvait donner des vêtements troués ou déchirés: ils vont être recyclés pour faire des matériaux d’isolation pour les maisons. Moi qui tenait toujours  à donner des fringues ‘mettables’.

Nous aurons la possibilité  de visiter le centre de tri de la région et  nous assisterons de nouveau à d’autres réunions. Un forum sera aussi ouvert pour que nous puissions échanger. Je ne regrette pas du tout d’avoir postulé!


Vous êtes attentives au tri, à la réduction des déchets, à l’environnement …??

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les couches lavables, comment ça marche?

Les couches lavables reviennent en force depuis plusieurs années déjà. Je ne les ai jamais utilisées pour mes deux enfants, car pour moi ca me paraissait insurmontable. J’ai donc demandé à Cécile, dont j’ai fais le portait il y à quelques semaines dans ma rubrique ‘Portrait de Maman‘ de venir nous expliquer le principe.

Savez-vous ce qu’il y a exactement dans une couche jetable ?

On y trouve du polyacrylate de sodium, du benzol, du parfum, des organo étain dans les élastiques, de la pate à bois séchée et du pétrole (oui oui du pétrole !!!) Tous ces termes sont affreux, pour en connaître la définition, un p’tit tour sur wikipédia… mais tous ces produits sont en contact direct avec les fesses de nos bébés ! Ca laisse à réfléchir !

La couche lavable a déjà existé par le passé, nos ancêtres utilisaient des langes qu’elles lavaient à la main. Ce fut un soulagement quand la machine à laver est apparue, mais une révolution le jour où la couche jetable a fait son apparition sur le marché ! Finie la corvée de nettoyage de lange, une nouvelle ère est née !

De nombreuses années après, on revient en arrière mais avec l’option machine à laver ! Ce ne sont plus de simples langes que l’on plie et noue autour des fesses de bébé, mais des couches, comme les jetables, avec des jolis motifs même ! Elles sont toute douces selon la matière,  ferment avec des scratch ou des pressions, adaptables en fonction de la morphologie de bébé et de son poids.

Certaines diront que c’est plus cher ! Non, ce n’est pas plus cher que d’acheter tous les mois des gros cartons de pampers ! L’investissement à la base est plus élevé selon les modèles de couches qu’on utilise ; il faut compter les couches, les inserts, les feuillets de protection, les culottes de protection, mais une fois l’investissement fait au début, c’est fini après ! Et en plus ça sert pour les enfants suivants ! Donc au final au bout d’un an, ca revient nettement moins cher que les cartons de couches jetables.

L’eau et la lessive ? Chacun fait tous les jours ou tous les 2 jours une lessive pour laver les bodies souillés ou les pyjamas où bébé a régurgité, les couches vont avec, et tout est lavé ensemble !

D’autres se demanderont pourquoi cela à un impact sur l’environnement ! Les couches jetables mettent 100 ans pour être entièrement détruites, une grosse partie des déchets des familles françaises sont les couches jetables, les quantités excessives de déchets, nous les payons dans nos impôts ; les couches jetables sont aussi néfastes pour les fesses de bébé que pour la nature.

Comment ça marche exactement ?

En fait c’est tout simple, ça marche comme une couche jetable, sauf qu’on la met à laver après ! On trouve plusieurs modèles : les TE1 (tout-en-un) couche et culotte de protection intégrée, il y a juste à enfiler l’insert dans la couche. Les TE2, presque comme les TE1, on a d’une part la culotte de protection et d’autre part la couche qu’on pressionne sur la culotte, ce qui permet un séchage plus rapide. Et le dernier modèle courant, ou couche et insert ne font qu’un, c’est plus long à sécher ; il faut rajouter la culotte de protection pour éviter les fuites.

Dans les couches on peut aussi rajouter des feuilles de protection, fines feuilles pliables pour récupérer les selles, on peut les mettre directement dans les toilettes. Une fois que les couches sont souillées, on les stocks dans un sceau fermé avec ou sans eau, ca dépend de chacune, et après à la machine, on fait sécher et ainsi de suite !


Des inconvénients?

Personnellement les seuls inconvénients que j’y trouve, c’est pour les sorties, il faut prévoir d’emmener son stock de couches et selon les modèles, elles prennent plus de place que les couches jetables bien pliées bien à plat ; il faut prévoir d’avoir un sac pour les stocker en attendant de les laver. Pour les sorties, j’utilise des jetables par fainéantise et pour un coté plus pratique ‘hop à la poubelle’!

L’autre inconvénient c’est pour la nuit, certaines couches ne sont pas très adaptées pour la nuit, ou alors il faut mettre 2 inserts.


Et vous les mamans vous êtes plutôt jetables ou lavables?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes petits gestes au quotidien

Depuis que j’ai des enfants j’essaye de faire attention à ce que j’achète et à la manière dont je consomme. Je traque les produits de soin contenant surtout du Paraben et d’ailleurs c’est honteux le nombre de produits pour bébé qui en contiennent ! Et côté nourriture je n’achète plus le produits contenant des graisses végétales hydrogénées et de l’huile de palme. Bon je mets 15 plombes à faire les courses car ça prend un temps fou de lire toutes les étiquettes, mais c’est pour la bonne cause! Certes il doit surement y  avoir encore un tas d’autres merdes choses à éviter mais  si on part de ce principe on se lave au savon de Marseille et on mange exclusivement du ‘fait maison’  et moi perso je ne sais pas faire les Granola, les Fingers ou les paille d’Or!! Donc pour l’instant sont exclus de notre alimentation les graisses végétales hydrogénées et l’huile de palme. Pour les produits d’hygiène, c’est le paraben l’ennemi numéro 1.

Je pense que le premier geste à faire si on est sensible à notre planète c’est le tri sélectif. J’essaie de temps en temps d’initier mes nains en leur indiquant dans quelle poubelle  va telle ou telle chose. J’estime que c’est important de le faire.

Justement pour limiter les déchets, quand les nains étaient petits, je n’utilisais pas de lait de toilette sur du coton. J’avais découpé dans un plaid polaire des carrés qui me servaient pour le change, et du liniment fait maison. J’avoue que j’ utilise encore quelques fois de lingettes car c’est très pratique pour les sorties ou les voyages. Par contre je ne me suis jamais mise aux couches lavables, j’aurais aimé mais pour moi ça me paraissait un sacré casse-tête!

J’ai eu une période ou je faisais ma lessive moi-même, avec du savon de Marseille mélangé à des huiles essentielles j’avais une lessive vraiment économique et totalement naturelle, d’ailleurs faudrait que je recommence tiens!

Concernant l’eau je ne la laisse jamais couler inutilement et ça m’horripile si je vois quelqu’un le faire, les nains ont bien compris la leçon ils savent très bien qu’on ne joue pas avec et qu’on ne la fait pas coulée inutilement. Tout le monde sait que la douche c’est mieux qu’un bain, perso je n’ai qu’une douche, à mon grand regret d’ailleurs car j’adore me plonger dans un bain bouillant avec plein de mousse…

J’ai viré mon balai espagnol pour prendre un balai vapeur, j’aime l’idée que seule la vapeur d’eau nettoie ma maison et que ce n’est pas un produit chimique qui le fait.

Pour le jardin il y a  un récupérateur d’eau, bien pratique pour arroser ou nettoyer ce qui se trouve dehors.

Mais il y a des choses que je sais pertinemment que je ne pourrais pas faire: Le potager pour cultiver nos propres légumes et ne pas en manger des bourrés de pesticides mais j’ai horreur d’aller fouiller dans la terre, alors ça je ne pourrai pas.

Le composteur, j’aurais aimé aussi mais sortir à chaque fois pour mettre ces épluchures et déchets alimentaires au fond du jardin ça me gonfle, alors je fais un petit tas et je donne au cochon du voisin, c’est moins loin!Feignasse.

Et puis  manger totalement bio, non, c’est hors de prix, je n’ai pas le budget en conséquence.

Par contre il n’y a pas l’autocollant ‘Stop Pub’ sur ma boîte aux lettres, j’adore lire la pub! Enfin je dis ça mais ça doit faire 1 an que j’en ai pas eu, ça doit être comme pour les calendriers, trop dur d’arriver jusqu’à ma boîte aux lettres!


Rendez-vous sur Hellocoton !