Je me faisais une montagne de son premier biberon de lait artificiel

Avant la naissance de BB3, je savais que je ne l’allaiterai pas aussi longtemps que les deux premiers (Roloulou 14 mois, Chouquette 12 mois).  A la visite des 4 mois chez le pédiatre j’ai commencé à en parler, en lui disant que je souhaitais commencer l’introduction de lait artificiel  en même temps que la diversification, c’est à dire vers ses 5   mois et demi (mi octobre). Mais il y a peu  j’ai appris que je serai absente une journée entière  (je vais à la Capitale) début octobre, j’ai pensé que serait l’occasion d’introduire un biberon de l’ait artificiel à ce moment là .

Le pédiatre m’avait prévenu: il est possible que BB3 refuse, il faudra donc lui proposer plusieurs fois. Puis ce serait bien que ce soit le Papa qui lui donne pendant que Maman fait autre chose…

Comme je n’ai pas voulu m’y prendre au dernier moment, jeudi dernier, me voilà dans le rayon des laits en poudre. Je me suis souvenue que mon pédiatre m’avait parlé de Gallia Calisma, en relais de l’allaitement maternel. Ah tiens il est là devant moi le Gallia Calisma,  impeccable je le prends. De retour à la maison,  les doutes se sont installés. Et si BB3 n’en voulait pas? Et si il hurlait  en tournant la tête? Et si il fallait que j’achète 12 laits différents avant qu’il en accepte un? Et si on découvrait une allergie aux protéines de lait de vache comme pour Roloulou? Et si finalement je ne pouvais pas me rendre à mon rendez-vous ? Et si? Et si?

J’ai préparé, anxieuse,  un biberon de 120ml, je l’ai tendu à Chéri et je me suis éclipsée dans la cuisine. Je suis restée assise sur mon petit tabouret et j’ai tendu l’oreille…J’entendais BB3 déglutir…Ça avait l’air de lui plaire! Il n’a rien dit , il n’a pas pleuré, n’ a pas tourné la tête…Il  a bu son premier biberon de lait en poudre sans rechigner . Soulagement et fierté, aucune seconde je n’ai pensé que ça se passerait aussi bien. Comme a dit Chéri ‘Le sevrage devrait bien se passer!‘ Je suis tellement soulagée, tellement fière de mon fils, je vais pouvoir profiter pleinement de ma journée en sachant que Chéri pourra nourrir BB3! Tout doucement on passera à la diversification, on introduira 2 biberons par jour, et  mon allaitement prendra  sûrement fin pour ses 6/7  mois.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un tire-lait manuel ou électrique?

Quelques jours après avoir accouché de Roloulou j’ai loué à la pharmacie un tire-lait électrique. Je me revois encore sur mon canapé avec cette grosse machine bruyante et ses tuyaux pour tirer mon lait et franchement je me suis vue telle une vache laitière. Je ne l’ai pas gardé longtemps ce tire-lait car il ne convenait vraiment pas, il était pourtant très efficace  mais il prenait de la place et puis il n’était pas pratique.

Pour Chouquette j’ai très peu tiré mon lait donc je n’en ai pas eu besoin. Quand bb3 est né, Chéri m’a ramené un tire-lait électrique de la pharmacie. Je ne l’ai jamais ouvert, il est resté 1 mois dans le salon! J’avais sans doute oublié que ce système ne me convenait pas!

Il y a quelques semaines j’ai reçu le tire-lait  manuel ‘closer to nature’ de  Tommee Tippee

Un tire-lait ( sans BPA)  fourni avec un  biberon de 150 ml, un petit pot de conservation du lait, six coussinets d’allaitement et un boîtier stérilisateur.

J’ai commencé par nettoyer et stériliser le tire-lait au micro-ondes grâce à la boîte fournie . Il ne contient que 3 pièces donc c’est rapide, facile et pratique. Et puis je me suis installée sur mon canapé et cette fois je n’ai vraiment pas eu l’impression d’être une vache laitière. Au début j’ai eu du mal car le lait ne coulait pas dans le biberon, il stagnait en haut du tire-lait. J’ai lu la notice dans tous les sens, j’ai tourné, retourné, tourné et re retourné l’ensemble du tire-lait, et puis finalement j’ai constaté que c’était la valve, située entre le corps du biberon et l’adaptateur pour goulot du bib ‘qui n’était pas assez ouverte, voilà pourquoi le lait ne coulait pas.  La fente de la valve était ‘collée’, je l’ai malaxée un peu et j’ai pu tirer mon lait tranquillement d’une seule main, très pratique car de l’autre j’ai pu tapoter sur mon ordi! En 10 minutes j’ai fait un biberon de 90ml de lait.

 

 

La coquille est souple, flexible et épouse parfaitement la forme du sein ce qui est agréable. J’aime le fait qu’il soit pratique, discret, léger, petit et facile d’utilisation. Il ne prend pas de place car je range l’ensemble dans le boitier stérilisateur donc je peux facilement l’emmener en vacances ou en week-end, contrairement au tire-lait électrique qu’on trouve en pharmacie, qui lui est plus imposant. Je suis très satisfaite de ce tire-lait Tommee Tippee et j’ai beau chercher je ne lui trouve aucun inconvénient! Enfin peut être un mais c’est tellement minime! Je me dis qu’un biberon de plus grande contenance serait pas mal car pour certaines mamans 150ml c’est surement trop peu.

Afin de suivre l’actualité de Tommee Tippee je vous laisser aller jeter un œil sur la page Facebook de la marque.

Produit offert par Tommee Tippee

Rendez-vous sur Hellocoton !

Non, je ne suis pas de celles…

Qui sont encore plus minces après une, deux ou trois grossesses. Non je ne suis pas de ces connasses chanceuses qui ont gardé leurs nibards gonflés à bloc deux ans après avoir accouché. Non je ne suis pas de celles qui  peuvent se vanter de rentrer dans leur pantalon taille 36 fillette à la sortie de la maternité.


Non, moi malheureusement je suis plutôt du genre: un petit 50 kilos qui a fini avec un + 18  en fin de grossesse. Puis qui en a  enchainé une seconde sans avoir perdu la totalité de la première! Une deuxième fois, j’ai  affiché un + 18 sur la balance, et  3 ans et demi après mon deuxième accouchement j’ai toujours 5 kilos en trop de greffés. Moi qui pensait naïvement qu’avec l’allaitement j’allais fondre….., mon cul ouais, c’est mes seins eux qui ont fondu!

9 mois pour faire un bébé, 9 mois pour les perdre‘ et bien chez moi ça n’a pas marché!  Je ne suis même pas sûre qu’avec un régime ils vont se barrer. Parce que les régimes non merci tu  perds 4 kilos,  tu en reprends 7 !

Je crois que je me suis fait une raison, je n’aurais plus le corps de mes 20 ans,  j’ai fait un trait sur mes pantalons tailles basses, j’ai oublié ce qu’était des abdos et je pèse maintenant plus lourd que Chéri. Je savais qu’une grossesse ça changeait une femme, mais deux !

Vous avez perdu rapidement vos kilos de grossesse?

Rendez-vous sur Hellocoton !

‘Et tu vas l’allaiter?’

Enceinte, qu’est ce que j’ai pu l’entendre cette question!! Vous aussi non?

Précision:  en aucun cas je ne vais faire de billet ‘polémique’ sur le débat allaitante/biberonnante, je déteste ça. Chaque maman fait ce qui lui semble être le meilleur pour elle comme pour son enfant, ce n’est pas parce que moi j’ai allaité que je vais faire un lavage de cerveau ou inciter une maman à allaiter, c’est un choix tellement personnel! Je partage juste mon expérience.

Enceinte, j’ai eu envie d’allaiter et je répondais toujours à cette question: ‘Oui j’allaiterai si je peux’. J’avais entendu  tellement de choses: ça fait mal, le bébé n’aura peut être pas envie, tu n’auras peut être pas de lait etc. Je voulais essayer en tout cas.

Et puis  ça a tellement bien marché que j’ai allaitais mon fils 14 mois et ma fille 12. Je ne pensais pas faire autant à vrai dire. Pour Roloulou, je me disais 6 mois pas plus! Et puis lors du sevrage progressif on a découvert une allergie aux protéines de lait de vache. Son lait en poudre spécifique était tellement dégueulasse qu’il refusait de le boire. C’est aussi pour ça que j’ai continué l’allaitement. Et puis je suis tombée enceinte, donc je ne voulais plus allaiter, et c’est à cet instant, à 14 mois qu’il a fait ses nuits petit morveux. Pour ma fille 12 mois c’était suffisant ça devenait une contrainte, je n’y prenais plus autant de plaisir qu’avant,  ça s’est terminé en douceur sans aucune frustration de nos parts.

Certes allaiter c’est chouette, c’est pratique, j’ai apprécié mais il faut avouer que ce n’est pas ce qu’il y a de plus glamour ( les coussinets d’allaitement gorgés de lait, les traces de lait sur le t-shirt, les coupelles remplies à rabord et les essais foireux du tire-lait…..) mais ce n’était que passager, je savais bien que ça ne durerai pas une éternité.

Par contre ce qui me gêne quand je vois des femmes allaiter c’est certaines femmes qui sortent leurs nichons comme ça à la vue de tout le monde. C’est beau d’allaiter mais perso je trouve ça encore plus beau quand c’est discret! Ça me gêne, je suis mal à l’aise, je ne veux pas qu’on m’impose ses propres nichons.  Quand on sortait ou bien que l’on recevait j’allais dans une autre pièce pour allaiter, j’aimais ces têtes à tête avec mon enfant sans avoir de regards posés sur moi. La pudeur sans doute… Et à l’extérieur je m’arrangeais toujours pour ne pas qu’un centimètre carré de ma peau soit visible.


Et vous biberon ou allaitement au sein?


Rendez-vous sur Hellocoton !

[Portrait de Maman] Cécile

Pour mon 7ème portrait, je vous présente Cécile, 30 ans, maman d’une petite fille de 7 mois. Cécile est très axée sur le bio, le cododo, les couches lavables, le portage en écharpe et l’allaitement exclusif.

Femin’elles: ‘Comment s’est déroulée ta grossesse?’

Cécile: ‘Ma grossesse s’est bien passée, beaucoup de stress au début, et après beaucoup de fatigue, mais un pur bonheur. Je ne voulais même pas accoucher, je voulais garder ma fille dans mon ventre !!! J’ai été beaucoup soutenue par une amie qui accompagne et soutien les femmes enceintes et les mamans, et qui a crée une association : http://info-bblandes40.skyrock.com/’.

Femin’elles: ‘Tu pratiques le cododo, l’allaitement exclusif, le portage en écharpe ….était-ce réfléchi durant la grossesse ou c’est venu à la naissance de ta fille?’

Cécile: ‘Pendant ma grossesse j’ai lu beaucoup de livres sur la grossesse et sur la maternité, sur le mode de vie bio, et étant soucieuse de l’environnement, j’ai décidé d’élever ma fille de la manière la plus simple, la plus écologique et la plus naturelle possible ! J’ai 2 amies qui utilisent les couches lavables, pratiquent le cododo, allaitent exclusivement, portent en écharpe, et c’est à force de les voir faire que cela m’a motivé en partie.

Les couches lavables permettent d’éviter d’abimer les peau des fesses de bébé, pas de produits chimiques ! Et puis malgré que se soit cher à l’achat, c’est tout de même très économique, lavage, séchage et hop’ on les remets ! Et surtout pas de déchets en plus dans nos poubelles ! Et puis les couches achetées pour le 1er, serviront pour le 2ème ! Je me suis même procurée des lingettes lavables pour la toilette ! Pour la toilette, j’essaie de ne pas trop utiliser de produits “toxiques” : change avec eau et liniment, crème hydratante bio.

Le cododo : avant d’avoir ma fille, je n’étais pas du tout ‘pour’, je me disais plutôt ‘chacun son lit’ et puis à la maternité, j’ai commencé à faire des siestes avec elle parce que j’avais envie de sentir sa présence, c’était mon plus beau cadeau, je voulais en profiter un maximum. Et puis de retour à la maison, la 1ère nuit, elle nous a rejoint à 5h du matin, la 2nd aussi, et puis au final, elle est venue dans notre lit toute la nuit ! Elle était rassurée, nous aussi, et pour l’allaitement de nuit, c’était l’idéal !

L’allaitement : j’ai toujours voulu allaiter, c’était encré dans ma tête bien avant d’être enceinte ! Les débuts ont été un petit peu difficiles, mais je me suis accrochée, et au jour d’aujourd’hui j’allaite toujours à 100% ma fille et elle se porte plus que bien ! J’ai pris un congé parental pour profiter d’elle et pouvoir justement l’allaiter exclusivement jusqu’à ses 6 mois !

Le portage en écharpe : J’adore !!!!!! depuis le début je le pratique, et elle aime voir la nature autour d’elle lovée contre moi, pouvoir plonger sa tète dans mon décolleté pour dormir paisiblement, participer à tout ce que je fais avec moi.’

Femin’elles: L’alimentation bio c’est un mode de vie que vous aviez avant ou  c’est venu à la naissance  de ta fille?

Cécile: ‘Un peu avant grâce a la tante de mon conjoint qui vit ‘bio’ et qui m’a appris plein de choses. Et puis j’ai vraiment commencé enceinte quand j’ai appris que les pesticides passaient la barrière placentaire ! Nous nous sommes installés à la campagne en région parisienne en pavillon avec jardin ! Nous avons fait l’été dernier avec mon mari un potager et avons mangé nos 1ers légumes bio avec énormément de plaisir. Nous avons bien évidemment l’intention de recommencer cette année pour faire des purées pour notre fille avec les légumes du jardin ! Toutefois acheter bio reste encore cher, nous ne mangeons pas encore 100% bio, mais nous essayons de faire un maximum, surtout avec les fruits et légumes !

Femin’elles: ‘Tu aimerais allaiter ta fille longtemps ou tu t’es fixée une ‘limite’? Pareil pour le cododo vers quel âge penses tu qu’elle intégrera son lit?’

Cécile: ‘Au départ j’espérais pouvoir allaiter les 6 premiers mois si tout se passait bien, puis nous sommes arrivées aux 6 mois sans trop de difficultés. Maintenant j’espère pouvoir tenir jusqu’à ses 1an, mais c’est elle qui décidera quand elle voudra arrêter. Pour le cododo pareil, on arrêtera quand elle ne voudra plus.’

Femin’elles: ‘Êtes vous soutenus dans vos  choix ou votre entourage se pose beaucoup de questions?’

Cécile: ‘J’ai quelques amies de mon âge qui pratiquent le maternage, mais dans ma famille, c’est quelque chose qu’ils ne comprennent pas, ils ont vécu une autre époque, un autre mode d’éducation, les mœurs ont changé depuis ! Mais je leur explique en concluant que c’est moi qui choisit ce qu’il y a de mieux pour ma fille.’

Femin’elles : ‘La place d’un bébé  n’est pas dans le lit de ses parents’, ‘le portage en écharpe c’est être esclave de son enfant’, ‘les couches lavables c’est revenir des décennies en arrière’,  que réponds tu à tout cela?

Cécile: ‘Si aujourd’hui de plus en plus de mamans utilisent ces pratiques, c’est que cela apporte des bienfaits aux bébés.
Avant les couches jetables n’existaient pas, nos grand-mères utilisaient des langes ! Si l’on revient à cette méthode c’est pour le point de vue économique et écologique. Mais avant de critiquer le cododo, les couches lavables, le portage en écharpe…, il faut avoir essayer. On ne peut pas juger sans avoir tester.’

Femin’elles: ‘Si un jour un autre enfant vient agrandir la famille, tu pratiqueras aussi le cododo, les couches lavables etc ou tu iras encore plus loin?’

Cécile: ‘Jusqu’à présent je n’ai rencontré aucune contrainte, aucun souci avec ma façon de pratiquer, ma fille est épanouie, heureuse… donc je ferai pareil avec le(s) prochain(s) en apportant des choses en plus que je n’ai pas assez faites avec ma fille toute petite : peau à peau, massages… La seule chose qui me bloque encore, c’est l’HNI (Hygiène Naturelle Infantile).





Rendez-vous sur Hellocoton !