Les cours de préparation à l’accouchement ce n’est pas pour moi

Il y a quelques années, en  bonne nullipare que j’étais,  j’ai tout fait bien comme il fallait pour tomber enceinte. J’ai pris ma température ( tous les matins, avant de poser le pied par terre) pour connaitre le moment le plus propice à la fécondation, j’ai lu avec attention’ J’attends un enfant’ et une fois enceinte j’ai  parcouru tous les forums de mamans  fait attention à ce que je mangeais, attention à ce que je respirais, attention à ce que je portais…. et puis tout naturellement je me suis inscrite pour faire les cours de préparation à l’accouchement.


Une préparation classique avec une sage femme libérale. Les premiers cours étaient théoriques (le sommeil de bébé, l’accouchement…) et se passaient en groupe, Chéri y assistait aussi et nous avons appris beaucoup de choses . Après chaque séance nous repartions avec nos photocopies que je lisais attentivement une fois rentrée à la maison. Ensuite, une fois par semaine jusqu’à l’accouchement, je pouvais assister avec 5 ou 6 futures mamans, à des cours ‘pratiques’ pour se concentrer sur la respiration et la relaxation. A la fin, nous étions allongées sur le sol, accompagnées d’un coussin de maternité, une musique douce dans l’air …. Le truc que je déteste, rester immobile, en essayant de se reposer alors que je sais éperdument que je n’y arriverai pas !

Pour Chouquette , nous avions changé de région et je savais que je ne ferai pas tous les cours, je voulais juste ceux qui expliquent la poussée et la respiration histoire de faire tout  correctement le jour J . J’ai eu deux cours, seule avec une sage femme dans son cabinet. Je n’en garde pas un souvenir mémorable en fait je ne me sentais pas très à l’aise sur mon ballon, à respirer, à contracter mon périnée….

Pour BB3 je n’ai fait aucun cours. Après 2 accouchements je n’en ai pas ressenti le besoin, j’avais envie d’y aller à l’arrache, de la jouer free style…après tout, j’avais déjà fait ça deux fois pas trop mal… J’ai lu les photocopies des cours de préparation que j’avais gardés et c’est tout.

Je pense que dès ma première grossesse je n’ai pas trouvé la préparation qui me convenait, les sages femmes étaient toutes adorables, dynamiques mais je ne me suis pas sentie très à l’aise. J’aurais peut être dû me renseigner sur d’autres méthodes susceptibles de me convenir un peu plus.


Classique? Yoga? Chant prénatal? Piscine?  Vous avez fait quelle préparation à l’accouchement?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon séjour à la maternité

( Je reviendrais un peu plus tard sur mon récit d’accouchement, pour celles qui ne seraient pas au courant, BB3 a donc pointé le bout de son cordon jeudi 3 mai 2012 à 23h06).

J’ai accouché à la polyclinique du littoral à Saint-Brieuc, là où j’ai été suivie pendant toute ma grossesse. Je suis rentrée le jeudi soir et j’ai pu repartir le lundi en fin de matinée. Je sais que j’aurais pu rester un peu plus longtemps si je ne me sentais pas prête à rentrer à la maison.  J’ai aimé ces 4 jours où j’ai été bichonnée par un personnel à l’écoute et toujours présent. 4 jours à ne pas penser au ménage, au rangement, aux allers-retours à l’école, aux douches des nains, au rituel du soir, à la cuisine ou aux courses. 4 jours où les repas ont été servis au pied de mon lit, où le ménage a été fait chaque jour, tout comme mon lit. J’ai aimé les visites quotidiennes des nains n’ayant d’yeux que pour leur petit frère ou ces quelques heures passées avec Chéri, rien que lui, bb3 et moi.

Bien sûr lors d’un séjour à la maternité il y a quand même des désagréments, surtout la nuit pour ma part! Non seulement notre sommeil est haché à cause de bébé mais aussi à cause des visites du personnel.

Toc toc toc, ‘ il est 2 heures du mat’ je viens prendre votre température’

Toc toc toc ,’ je vous prends votre petit il faut qu’on lui fasse un flash’ ( pour contrôler sa jaunisse  ) . Il est 4h du matin…

‘Vous pensez bien à nous l’amener à 23h pour sa séance de 3 heures d’UV…’

Toc toc toc ‘je vous prends le petit il faut qu’on lui fasse son prélèvement’ ( étant donné qu’il faisait 4kg il fallait vérifier le taux de glucose).

Toc toc il est 7 heures ‘ vous prendrez quoi comme boisson chaude pour le petit déjeuner?’

Et puis il y a aussi les bébés qui pleurent, beaucoup, des heures, et là je me dit que j’ai bien fait de réserver une chambre pour moi toute seule.

Vous gardez de bons souvenirs de votre séjour à la maternité?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je mets quoi dans ma valise pour la maternité?

7 mois et demi… Je commence à penser à la valise pour mon séjour à la maternité. A vrai dire je ne sais pas trop quoi mettre dedans, je n’ai pas de liste établie alors j’essaie de noter les choses utiles dont j’aurais besoin. J’aurais dû garder la liste que j’avais pour Chouquette et Roloulou !

J’ai demandé à mon gynéco si il  en avait une à me donner, il n’avait pas l’air au courant . Ok . Il m’a juste dit d’amener un brumisateur… et que les vêtements du bébé étaient fournis. Ah, je suis vachement avancée !

Alors en vrac,  je note pour BB3:

1 tenue pour la sortie,1 doudou et ??? Ça fait un peu léger je trouve, mais bon si bonnet, gigoteuse, bodys et pyjamas sont prêtés c’est normal. Je lui apporterais quand même un petit pyjama que j’aurais choisi.

Pour moi:

Brumisateur, sèche cheveux, chaussons, trousse de toilette, un carnet, un stylo, des magazines, du chocolat et des biscuits, une bouteille d’eau, le livre de naissance, chemise de nuit, culottes jetables, fringues pour les 3 jours, mes lunettes et lentilles de contact, appareil photo, téléphone et chargeur, le matos d’allaitement (soutien gorge, coussinets, coquilles), mon dossier administratif de la maternité…

Et là, je sèche…

 A votre avis je rajoute quoi?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dans les coulisses de la maternité de Port Royal [Qui m’accompagne?]

Quand on m’a proposé d’aller visiter une nouvelle maternité au cœur de Paris je n’ai pas hésité. Évidemment avec mon gros bidon  je me sens un peu concernée…dans 3 mois et demi c’est moi qui prendrais le chemin de la mat’. Et puis découvrir en exclusivité  une maternité soucieuse du lien Nouveau-Né/Maman j’adhère complétement.

‘ Fruit de dix années de réflexion de la part du Professeur Cabrol et de son équipe sur tous les aspects de la naissance, cette nouvelle maternité de Port Royal alliera toutes les compétences médicales liées à la prise en charge des femmes au sein d’un bâtiment neuf offrant un confort haut de gamme’

La maternité de Port Royal c’est 124 chambres, toutes individuelles, entièrement équipées pour permettre les soins quotidiens des nouveaux-nés sans les séparer de leur mère (salle de bain, table à langer, baignoire,…). Je me souviens que pour mes enfants, devoir traverser le couloir, jour et nuit pour accéder à la nurserie ça me plaisait moyen! J’avais donc mes produits avec moi et je les changeais sur mon lit ! ( chuuut). 

C’est aussi une maternité de type III adaptée à toutes les grossesses, normales, à risques ou pathologiques et un service de néonatologie et de réanimation néonatale. Port-Royal devient ainsi l’hôpital de toutes les femmes, de l’adolescence à la ménopause, avec une volonté forte de la part des équipes soignantes de permettre aux femmes de s’approprier l’établissement comme un lieu de vie autant qu’un lieu de soin, et de favoriser la rencontre mère-enfant au sein d’une maternité repensée, plus confortable, plus accueillante.’

L’ouverture au public est prévue pour le 15 février, avec la naissance du premier bébé annoncée ce jour.

Je suis donc impatiente de participer  à cette visite privée le 11 février,  en compagnie  du Professeur Cabrol, Chef de la Maternité, et ses équipes, ainsi que les architectes à l’origine du bâtiment Patrick Berger et Jacques Anziutti . Des journalistes et quelques blogueuses seront aussi présents. Mais ce n’est pas tout, vous pourrez peut-être vous y rendre aussi car j’ai l’opportunité d’emmener avec moi deux ou trois lectrices. Bien entendu il faudra faire garder les enfants et  habiter Paris ( ou pouvoir se  rendre facilement dans le 14ème de 10h30 à 13h) .  Le 11 février c’est un samedi, vérifiez bien que vous ne partez pas en week-end, que le petit dernier ne fête pas son anniversaire ce jour là, que vous n’avez pas aquagym, ou que vous n’allez pas déjeuner chez mémé) !

Si vous désirez m’accompagner vous me dites, assez rapidement, dans un mail feminelles@feminelles.com quelles sont vos motivations à visiter cette superbe maternité.

Rendez-vous sur Hellocoton !

‘Poussez Madame’

Pour un premier enfant, l’accouchement dure en moyenne 12h. Et pour un second c’est plus rapide, on parle de 8h. Tout cela c’est de la théorie bien sûr parce qu’en pratique cela ne se passe pas toujours comme ça…

Pour Roloulou j’ai perdu les eaux à 12H. Le temps d’éponger de passer un coup de fil à la sage-femme, et d’arriver à la mat’ il est 13H. Je suis dilatée à 3. Avec chéri on calcule que le nain sera là vers 20H (1cm de dilatation par heure qu’ils disaient). Très bien on patiente comme on peut…Puis vers 15H je sens que ça pousse là dessous….Finalement Roloulou pointera le bout de son nez à 15h29! Accouchement en 3H30, pour un premier c’est du bonheur!

Mais voilà si je m’en réfère  aux statistiques je devrais accoucher encore plus rapidement pour Chouquette. Et là j’ai flippé une bonne partie de la grossesse. Je me voyais déjà accoucher à la maison ou au pire dans la voiture. Au moindre doute je devais partir. L’idéal aurait été de perdre les eaux, comme pour Roloulou…Vers minuit je suis arrivée à la maternité car j’avais des petites contractions. ‘ C’est pour aujourd’hui’ que me dit la sage-femme. Chouette à partir de ce moment là ça va être rapide, je me vois déjà accoucher dans l’heure qui suit. Perdu, j’accoucherais 11 heures plus tard…

Le second accouchement plus rapide, ça a marché pour vous?

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Portrait de Maman] Lydia

Aujourd’hui je laisse la place à Lydia, maman de 5 enfants qui sont tous très rapprochés. Ils ont 10 ans, 9 ans (ils ont 11 mois d’écart), 6ans, 4ans (ils ont 18 mois d’écart) et 3 ans (les deux dernières ont 20 mois d’écart).

Femin’elles: ‘Tes deux 1ers enfants ont 11 mois d’écart, cette 2ème grossesse a été une surprise?’

Lydia: ‘Ma 2ème grossesse n’a pas été une surprise. J’ai mis 2 ans avant de tomber enceinte de mon premier et le jour du rendez vous pour démarrer des examens plus poussés, mon gynéco m’a annoncé la bonne nouvelle. Après mon accouchement nous ne voulions pas attendre autant de temps pour avoir un deuxième et du coup mon gynéco m’a expliqué que le retour de couche était idéal.’

Femin’elles: ‘Tu es donc tombée enceinte très peu de temps après ton accouchement, as tu eu des craintes, des peurs, des angoisses pour cette grossesse?’

Lydia: ‘Malgré que mon gynéco m’avait conseillé le retour de couche, il ne voulait pas que je tombe enceinte si vite car je souffrais d’une boule sciatique qui a disparu à mon accouchement, mais elle pouvait revenir et s’aggraver. Mon mari et moi en avons discuté et nous avons pris le risque que je souffre plusieurs mois. Je ne peux pas dire que j’ai eu beaucoup d’angoisses pendant cette grossesse mais à chaque fois le fait d’en parler à mon entourage et aux médecins m’a bien aidé car ils ont tous joué le jeu de l’écoute.’

Femin’elles: ‘Des remarques de ton entourage, de ta famille d’être retombée enceinte si vite?’

Lydia: ‘Dès que nous avons eu notre premier enfant nous avons annoncé que nous voulions tout de suite un deuxième mais ils pensaient que ça arriverait d’ici 6 mois, un an. Quand nous avons annoncé que j’étais enceinte ils ont eu peur que je sois très fatiguée mais ils ont vite vu que nous assumions notre choix. Ils nous ont toujours beaucoup soutenu.’

Femin’elles: ‘Comment s’est passée ta grossesse?’

Lydia: ‘Ma grossesse s’est bien passée.Mes premiers mois de grossesse ont été idylliques, mon premier dormait beaucoup donc je me reposais beaucoup et il était très calme donc la venue d’un deuxième ne m’a pas du tout inquiété.
Au bout du 6ème mois on m’a conseillé de ralentir le rythme car mon col s’effaçait et il préférait prévenir que guérir. Je ne voulais pas accoucher d’un prématuré donc j’ai obéis mais je n’étais pas plus angoissée que ça car j’étais bien suivie au niveau médical. Il répondait à toutes mes questions même si maintenant je les trouve un peu ridicule.
A 7 mois j’ai appris que mon col s’ouvrait mais vu qu’il n’y avait aucune contraction je n’ai pas eu besoin de rester couchée, je ne pouvais plus aller à la piscine et il me surveillait souvent. A ce moment là, ma fille était en siège donc il a fallu voir si mon bassin était assez large. Quand on m’a annoncé que j’aurais une césarienne, je n’en voulais pas. Quand j’ai dis ça à mon médecin il a bien vu que je paniquais un peu, après une longue discussion il m’a fait une palpation et il a réussi à tourner le bébé.
A 8 mois et demi le médecin a décidé de déclencher mon accouchement pour ne pas que le bébé attrape des infections à cause du col ouvert. Le matin de mon départ pour mon accouchement j’ai eu des contractions et j’ai accouché naturellement. Même la sciatique qu’il craignait, n’est jamais apparue. Malgré les suspicions de naissance précoce, je ne suis jamais rester couchée. Vu que je me suis beaucoup reposée pendant ces 8 mois et demi je suis restée sereine. J’ai énormément apprécié cette grossesse car mon premier bougeait tellement peu que je m’inquiétais. Pour elle c’était le bonheur absolu car tous les soir je caressais mon ventre en lui parlant et elle me répondait par des petits coups. Quand j’avais un peu trop bougé la journée, le soir pendant une heure de temps, elle gigotait sauf si son papa mettait la main sur mon ventre. A ce moment là elle se mettait sous la main et elle ne bougeait plus.’

Femin’elles: ‘Tu as 5 enfants tous très rapprochés c’était un souhait de les faire si rapprochés ou c’est venu naturellement?’

Lydia: ‘Mes deux premières grossesses sont rapprochées par choix. Je me suis aperçue que malgré que j’en avais deux, j’avais plus de temps que d’autres mamans qui n’en avait qu’un. Du moment où ma fille a été en âge d’avoir un échange avec son grand frère, il n’arrêtait pas de faire le pitre pour l’amuser, et du coup ils pouvaient resté une heure à jouer sans faire attention à moi.
Mon troisième a plus d’écart avec les deux premiers car au retour de couche nous ne voulions pas de troisième, nous avons essayer un an et demi avant que je tombe enceinte. Mon mari a toujours voulu 5 enfants. Moi 3, et je lui ai dis que nous verrions au fur et a mesure. Quand j’ai vu qu’il s’en occupait très bien, que notre vie de couple ne passait pas après, je lui ai fait comprendre que si il les voulait les 5 que c’était les uns derrière les autres. Par conséquent, je suis la preuve vivante que le retour de couche fonctionne très bien. Les trois derniers ont plus d’écart que les premiers parce que je les allaitais donc le retour de couche se faisait plus tard. Si l’allaitement ne m’avait pas autant plu je ne l’aurais pas fait juste pour qu’ils aient tous 11 mois entre eux.’

Femin’elles: ‘On dit que des enfants rapprochés sont très complices c’est le cas?’

Lydia: ‘Mes deux premiers ont une complicité de jumeaux. J’ai pu m’en apercevoir avec le temps car une amie a des jumelles et ce qui se passe pour elles, c’est déjà passé pour mes deux ‘crevettes’. Depuis un an ils se chamaillent un peu mais ils rentrent dans l’âge où la rivalité fille, garçon se fait un peu sentir. Mon troisième a du mal à trouver sa place car il veut faire tout comme ces 2 grands frère et sœur mais eux ont du mal à lui faire une place dans leur univers. Plus il grandit plus il arrive à ouvrir une brèche et à se faufiler. Avec ses deux petites sœurs, il joue le grand frère avec son expérience et leur apprend à grandir. Maintenant que la petite va avoir 3 ans, je suis très contente de les avoir fait si rapprochés car même si mon premier et ma dernière ont 7 ans d’écart, ils ont une complicité qui est différente de celle avec sa première sœur mais ils sont très proches à leur façon. Quand je vois la relation des deux dernières, cela me fait penser aux deux premiers. Leur relation est quelque peu différente car elles vivent avec des frères et sœurs mais elles ont besoin de s’isoler pour jouer entre elles.

Pour résumer, c’est beaucoup de travail, de patience, beaucoup, beaucoup de fatigue mais tellement de joie d’avoir tant d’enfants qui jouent ensemble que je recommencerais sans hésiter. Plus ils grandissent, plus la différence d’âge s’efface. Même si mes 2 garçons ne savent pas trop jouer tout seul je n’ai jamais vu aucun d’entre eux s’ennuyer. Les 3 premiers ont chacun une DS mais si ils jouent deux à trois fois dans le mois en période d’hiver, c’est le bout du monde. Ils préfèrent jouer aux playmobils, pets shops, dinette (même les garçons)… tous ensemble.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Portrait de Maman] Julie

Oui je sais bien ce n’est pas lundi aujourd’hui, mais ça fait du bien de changer de temps en temps. Je vous laisse avec Julie, 24 ans, maman de 3 enfants. Julie a eu son 1er enfant à 16 ans.

Femin’elles : ‘Ta fille était attendue, comment et pourquoi à 15 ans on se dit ‘je veux être maman maintenant’ ?’

Julie: ‘Pourquoi vouloir un enfant si jeune? Parce que la vie ne m’a pas épargnée, mon papa est décédé quand j’avais 8 ans, je l’ai très mal vécu, ma mère a sombré dans l’alcool. Donc très vite j’ai ressenti le besoin de donner tout l’amour dont je manquais.’

Femin’elles: ‘Depuis combien de temps étiez-vous en couple quand vous avez décidez d’avoir un enfant?’

Julie: ‘Nous nous sommes rencontrés en mai 2001, on a beaucoup discuté, on est devenu amis jusqu’en juillet 2001 où nous nous sommes mis ensemble. J’avais déjà ce désir d’enfant, on en a parlé tout de suite.’

Femin’elles: ‘Comment as-tu découvert ta grossesse? Quelle a été la réaction du papa, de tes proches et de tes copines?’

Julie: ‘En faisant comme bon nombre de jeune femme, un test de grossesse. C’était le 1 mars 2002. Quand je l’ai annoncé au papa, il a eu un choc , il ne pensait pas que cela arriverait si vite. Mais passé le choc ( soit 30 secondes ), il était très très heureux, on était dans un parc pendant sa pause déjeuner. Ma mère quand je lui ai annoncé a aussi eu un choc, mais 3 minutes après elle m’a dit ‘De toute façon depuis l’âge de 10 ans tu disais que tu aurais un enfant à 16 ans, maintenant je serai derrière toi si tu as besoin de moi. Mes copines  n’ont pas compris ce choix de vie mais m’ont soutenue quand même. Ma belle mère  a eu beaucoup plus de mal à l’accepter, encore aujourd’hui 7 ans après.’

Femin’elles: ‘Est ce que ton entourage t’as soutenu?’

Julie: ‘Oui énormément, ma grand-mère était aux anges d’avoir son 1er arrière petit enfant, donc elle a voulu quasiment tout acheté. Ma mère était là  mais je ne lui ai jamais rien demandé. Ma belle mère a essayé de tout dirigé mais je ne l’ai pas laissé faire.’

Femin’elles: ‘Il y a t -il plus de risques durant la grossesse ou l’accouchement quand on est une très jeune maman?’

Julie: ‘Je ne pense pas qu’il y ait plus de risques à être maman jeune, mais j’ai eu une 1ere grossesse très difficile. J’ai été malade les 4 premiers mois. Il y avait des jours où je ne pouvais pas me lever tellement les nausées étaient énormes, et quand ca allait mieux de ce coté là,  j’ai commencé à avoir beaucoup de contractions, j’ai eu 3 hospitalisations, et j’ai accouché à 31 semaines et 3 jours d’une petite crevette de 1,660Kg et 40cm.’

Femin’elles: ‘ As-tu eu des remarques désobligeantes ?

Julie: ‘Bizarrement les gens ont toujours été respectueux de mon choix de vie, certes bien des personnes ne comprennent pas, mais personne n’a osé critiquer. J’ai par contre eu des gens qui m’ont pris pour la nounou ou la grande sœur, mais j’ai tout de suite remis les choses à leur place.’

Femin’elles: ‘Aujourd’hui tu as 2 autres enfants, vous rêviez d’une famille nombreuse depuis le début?’

Julie: ‘Non on ne savait pas combien on en aurait. Après ma 1ère grossesse difficile , nous n’étions pas pressés de remettre ca. Mon homme et moi étions très fusionnels avec notre fille, si bien que le papa ne voulait plus d’autre enfant. Puis un jour notre fille avait 4 ans, il m’a demandé un deuxième, moi je n’y avais pas vraiment songer encore mais je n’étais pas contre. On s’est lancé quelques temps après dans les essais bébé et notre fils a mis quasiment 1 an à s’accrocher. J’ai vécu une très belle 2ème grossesse ainsi qu’un bel accouchement, donc j’ai tout de suite eu envie d’un 3ème. Mon homme moins mais il n’était pas contre dans quelques années. Et notre petite dernière s’est invitée alors que mon 2ème n’avait que 9 mois.’

Rendez-vous sur Hellocoton !

[La Faf est nostalgique] …

C’était il y à 4 ans…

Un samedi tout gris ou je faisais la paillasse sur le canapé devant la télé. Je me suis levée  à 12h pour aller aux toilettes et  j’ai senti un liquide qui coulait….je perdais les eaux….J’ai appelais la maternité pour prévenir de mon arrivée, j’avais des sanglots dans la voix, mélange d’émotion et de peur.

La 1/2 heure qui me sépare de maternité est dure, j’ai super mal, moi qui n’ai pas senti une seule contraction pendant   ma grossesse, là je suis servie. On arrive, dilatation à 3  , la sage femme me demande si je  veux la péridurale oh que oui je la veux vu comme je souffre ma race . Et là je fais un bad trip , je tremble de partout , j’ai froid, mes jambes pèsent 3 tonnes je ne peux même pas les bouger, qu’est c’qu’il a foutu l’anesthésiste il s’est gouré dans les doses ou quoi? Entre deux claquements de dents je calcule: il est 13H30, le col se dilate d’1cm par heure, bon vers 20h Roloulou devrait être près de nous. On attend, on se prend en photo, on scrute le monitoring, puis j’éprouve une sensation bizarre, la Sage Femme arrive, et mon fils aussi par la même occasion…Oooooohhhhh  mais je suis pas prête moi, on ‘en fout de toute façon je n’ai pas le choix . En 2 temps, 3 mouvements, Roloulou est là, il est 15H29…(Qui a dit qu’ un premier accouchement était long?) .

Une fois les 1ers soins effectués mon fils se met à téter, ne sachant pas si je devais le nourrir ou pas je lui donne mon petit doigt!! Une Sage Femme me dit que si je souhaite je peux l’allaiter.

2h de peau à peau avec ce petit être, si beau, si fragile… trop de bonheur.

Joyeux  anniversaire mon fils, mon amour, ma vie je t’aime tant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Portrait de Maman [Danielle]

Continuons dans la série ‘Portrait de Maman’, rencontre avec Danielle, maman de Salomé (4,5 ans) et Ruben (15 mois). Danielle a vécu 2 grossesses particulièrement difficiles.

Femin’elles: ‘Comment s’est passée ta 1ère grossesse ?’

Danielle: ‘ Je suis tombée enceinte en C1, belle surprise, mais les inquiétudes ont commencé tôt… En effet, à l’écho des 12sa, l’échographe a décelé une « anomalie » sur la tête de ma fille qui présentait une boule. La clarté nucale était parfaite, le tri-test aussi, mais dans le doute, j’ai été orientée vers une maternité de type 3 pour faire une amniocentèse.
Celle-ci s’est très bien passée, mais au bout de quelques jours, j’ai commencé à perdre du liquide amniotique et mon col a commencé à s’ouvrir en entonnoir sous l’effet des contractions (20-25 par jours). J’ai été mise au repos strict, puis placée sous salbumol (6 par jour).’

Femin’elles: ‘Tu as étais alitée très tôt à 17SA, as-tu eu des amis, des proches pour venir t’aider dans la vie quotidienne?’

Danielle: J’habite loin de ma famille et de mes amis, mais ma belle-famille a été très présente pour tout : soutien psychologique et aide en tout genre (courses, travaux dans l’appartement, etc.). J’ai été très entourée et aidée, mon mari faisait tout à la maison, j’ai pu rester alitée sans problème!’

Femin’elles: ‘Puis quelques semaines après , grosse frayeur…’

Danielle: ‘ Oui à 22SA  je me suis mise en travail, mais heureusement il a été stoppé à la maternité et finalement, j’ai pu mener ma grossesse jusqu’à 37sa+6 jours.’

Femin’elles: ‘Comment s’est passé l’accouchement?’

Danielle: ‘ Ma fille était en siège décomplété et ma gynéco m’a proposé une version que j’ai accepté. Elle a été faite à 36 SA mais a échoué, ma fille n’a pas bougé d’un poil! Finalement, la pelvimétrie étant bonne, ma gynéco m’ a proposé un accouchement par voie basse : ma fille est née en 20 minutes!

Accouchement extra en 7h! Par contre, la péri n’a pas marché : comme j’ai une hernie discale, ma gynéco et l’anesthésiste avaient prévu une rachi, mais le jour J l’autre anesthésiste a voulu faire la péridurale quand même, malgré mon opposition et les mentions de mon dossier : évidemment, elle n’est pas passée.

J’ai  aussi eu une épisiotomie et des éraillures ( peau arrachée, muqueuse à vif) et une déchirure : 25 points au total qui ont très bien cicatrisé, aucunes séquelles et aucune douleur même immédiatement après.
J’ai dû également subir une révision utérine, car le placenta n’est pas sorti complet, j’ai refusé l’anesthésie générale et j’ai bien fait : ça a été rapide et bien fait, aucune douleur majeure.’

Femin’elles: Quelques années après tu étais de nouveau enceinte, as tu eu des appréhensions pour cette nouvelle grossesse?’

Danielle: ‘ Nous avons décidé de faire un deuxième bébé quand ma fille a eu 3 ans. Aucune appréhension de notre part vis à vis de cette grossesse, car un bon souvenir quand même de la première qui s’est au final bien terminée.
Je suis tombée enceinte en C5 et les soucis ont commencé au tri-test : mauvais. Là ça a été un choc, je l’ai très mal vécu, car je ne m’y attendais pas!’

Femin’elles: ‘Et comment s’est déroulée cette nouvelle grossesse?’

Danielle: ‘Ma famille et ma belle famille m’ont énormément soutenue. L’amniocentèse  s’est très bien passée, mais je me suis retrouvée alitée tout de suite après pour cause de contractions et col modifié, mais fermé : dès 23 SA jusqu’à l’accouchement, je suis restée à la maison et mon mari a dû s’occuper de notre fille en grande partie seul.
Mon gynéco m’a quand même autorisé à marcher un peu, vu que mon col était fermé. Mon fils s’est très vite présenté en transverse, puis en siège complet. La version était programmée quand il s’est retourné seul à 35 SA!’

Femin’elles: ‘Tu as vécu un accouchement similaire à celui de ta fille?’

Danielle: ‘Il est né rapidement par la tête, sans épisiotomie ni déchirure. J’avais prévenu dès mon arrivée à la maternité de mon problème de placenta et les sages-femme ont été très vigilantes. Elles m’ont fait une expression abdominale (une pression sur le fond de l’utérus) et j’ai dû pousser comme pour accoucher, car il ne sortait pas et finalement tout s’est bien passé sans révision utérine cette fois.’

Femin’elles: ‘Un désir d’autre  enfant?’

Danielle: ‘Nous ne voulons pas de 3ème enfant, car nous avons chacun 37 ans, je veux travailler à temps plein et rester disponible pour mes enfants.’

Rendez-vous sur Hellocoton !