Il s’en passe des belles au boulot….

On a tous des petites anecdotes au boulot plus ou moins marrantes, sordides ou pathétiques. Je me souviens de 2 ou 3 qui m’ont vraiment marquées dans ma petite carrière.


La 1ère c’est lorsque je travaillais en apprentissage pour mes études d’esthéticienne. A l’institut il y avait une cabine à UV. Un mec, la quarantaine, s’est présenté pour une séance. Pendant que je désinfectais la cabine (on devait le faire devant les clients) il se déshabillait. En me  retournant qu’est c’que je vois? Ce con avait enlevé tout le bas, plus de calbut’ plus de pantalon  ( je vous fait pas dessin pour préciser dans quel ‘état’ il était…). Au secours j’ai senti le rouge me montait aux joues, , il m’a dit qu’il était gêné (mon cul ouais). Il aurait pas pu se déshabiller quand je partais ce porc???..Beurk il m’a tellement choquée que je l’ai immédiatement dit à ma patronne qui l’a foutu dehors et lui a interdit de remettre les pieds à l’institut.

Puis j’ai changé de boulot et j’ai travaillé dans un espace multimédia. Accueil du public, formation à Internet….Un soir je rentre chez moi et je vois une lettre dans ma boite aux lettres. C’est étonnant car j’ai déjà ramassé le courrier le midi…..Cette lettre n’a pas de timbre, juste mon nom. Là j’ouvre, c’est carrément une lettre de menaces. Les boules, quelqu’un qui m’en veut , qui connait mon nom, mon adresse est venu dans mon hall…Et si il avait frappé à la porte?????? Je ne me souviens plus des  termes mais en gros il fallait que  je sois  tel jour à tel endroit et à telle heure sinon on me ferait du mal. Le flippe total. Le jour J, je me souviens ne pas avoir été au rendez-vous bien sûr mais j’avais fermé mes volets, que j’avais laissé  légèrement entrebâillés, au cas où j’apercevrais celui qui voulait me faire la peau …Mais rien, que dalle! Je n’ai jamais su c’était une blague de très mauvais goût ou quelqu’un qui m’en voulait vraiment. Je n’étais vraiment pas fière pendant quelques jours , si bien que j’ai montré la lettre à mon patron et il m’a dit que d’après l’écriture c’était sans doute une fille….Mystère…

Dernière petite anecdote, beaucoup plus légère cette fois. Après l’esthétique, l’informatique, je me suis dirigée vers le secrétariat (oui j’aime le changement). Nous étions 2 secrétaires parmi des dizaines d’hommes, entreprise du bâtiment oblige…Un soir après  le boulot je me dirige vers ma voiture, et sur le pare-brise je vois une enveloppe de couleur rose (So’romantic…). ‘C’est quoi encore cette connerie?’. Et là je découvre la déclaration d’amour (pleine de fautes) d’un ouvrier. Ah non pas ça, je suis super mal à l’aise avec ce genre de choses. Je n’ai évidemment pas donné suite car je n’étais pas libre mais il a dû comprendre tout seul qu’il n’y avait pas moyen!!


Vous avez des anecdotes marquantes dans votre boulot?


Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réflexions sur “Il s’en passe des belles au boulot….

  1. Fanny dit :

    Ah j’aime bien ce thème, je pourrais passer des soirées à raconter des histoires plus ou moins rigolotes, mais pour rebondir sur ta déclaration d’amour, quand j’étais étudiante je travaillais l’été en tant que serveuse et un jour, je trouve un petit mot d’un client : “vous êtes ma renne…” , tu vois 15 ans après je ne m’en remets pas!

  2. maman@home dit :

    Mais tu as fait tous les métiers du monde c’est fou ça !!! Et qu(as tu préféré ?

  3. mpb dit :

    je travaille dans un collège catho, il y a qq temps l’adjoint c’est marié en grandes pompes sauf que qq mois plus tard il est parti avec un mec, en laissant sa femme enceinte…

  4. Caroline dit :

    @Fanny Ah oui quand même…Ca marque!

    @maman@home j’aime pas la routine! Ce qui me plait le plus c’est en ce moment, avec les enfants

    @mpb ah bah bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Subscribe without commenting