Les couches lavables, comment ça marche?

Les couches lavables reviennent en force depuis plusieurs années déjà. Je ne les ai jamais utilisées pour mes deux enfants, car pour moi ca me paraissait insurmontable. J’ai donc demandé à Cécile, dont j’ai fais le portait il y à quelques semaines dans ma rubrique ‘Portrait de Maman‘ de venir nous expliquer le principe.

Savez-vous ce qu’il y a exactement dans une couche jetable ?

On y trouve du polyacrylate de sodium, du benzol, du parfum, des organo étain dans les élastiques, de la pate à bois séchée et du pétrole (oui oui du pétrole !!!) Tous ces termes sont affreux, pour en connaître la définition, un p’tit tour sur wikipédia… mais tous ces produits sont en contact direct avec les fesses de nos bébés ! Ca laisse à réfléchir !

La couche lavable a déjà existé par le passé, nos ancêtres utilisaient des langes qu’elles lavaient à la main. Ce fut un soulagement quand la machine à laver est apparue, mais une révolution le jour où la couche jetable a fait son apparition sur le marché ! Finie la corvée de nettoyage de lange, une nouvelle ère est née !

De nombreuses années après, on revient en arrière mais avec l’option machine à laver ! Ce ne sont plus de simples langes que l’on plie et noue autour des fesses de bébé, mais des couches, comme les jetables, avec des jolis motifs même ! Elles sont toute douces selon la matière,  ferment avec des scratch ou des pressions, adaptables en fonction de la morphologie de bébé et de son poids.

Certaines diront que c’est plus cher ! Non, ce n’est pas plus cher que d’acheter tous les mois des gros cartons de pampers ! L’investissement à la base est plus élevé selon les modèles de couches qu’on utilise ; il faut compter les couches, les inserts, les feuillets de protection, les culottes de protection, mais une fois l’investissement fait au début, c’est fini après ! Et en plus ça sert pour les enfants suivants ! Donc au final au bout d’un an, ca revient nettement moins cher que les cartons de couches jetables.

L’eau et la lessive ? Chacun fait tous les jours ou tous les 2 jours une lessive pour laver les bodies souillés ou les pyjamas où bébé a régurgité, les couches vont avec, et tout est lavé ensemble !

D’autres se demanderont pourquoi cela à un impact sur l’environnement ! Les couches jetables mettent 100 ans pour être entièrement détruites, une grosse partie des déchets des familles françaises sont les couches jetables, les quantités excessives de déchets, nous les payons dans nos impôts ; les couches jetables sont aussi néfastes pour les fesses de bébé que pour la nature.

Comment ça marche exactement ?

En fait c’est tout simple, ça marche comme une couche jetable, sauf qu’on la met à laver après ! On trouve plusieurs modèles : les TE1 (tout-en-un) couche et culotte de protection intégrée, il y a juste à enfiler l’insert dans la couche. Les TE2, presque comme les TE1, on a d’une part la culotte de protection et d’autre part la couche qu’on pressionne sur la culotte, ce qui permet un séchage plus rapide. Et le dernier modèle courant, ou couche et insert ne font qu’un, c’est plus long à sécher ; il faut rajouter la culotte de protection pour éviter les fuites.

Dans les couches on peut aussi rajouter des feuilles de protection, fines feuilles pliables pour récupérer les selles, on peut les mettre directement dans les toilettes. Une fois que les couches sont souillées, on les stocks dans un sceau fermé avec ou sans eau, ca dépend de chacune, et après à la machine, on fait sécher et ainsi de suite !


Des inconvénients?

Personnellement les seuls inconvénients que j’y trouve, c’est pour les sorties, il faut prévoir d’emmener son stock de couches et selon les modèles, elles prennent plus de place que les couches jetables bien pliées bien à plat ; il faut prévoir d’avoir un sac pour les stocker en attendant de les laver. Pour les sorties, j’utilise des jetables par fainéantise et pour un coté plus pratique ‘hop à la poubelle’!

L’autre inconvénient c’est pour la nuit, certaines couches ne sont pas très adaptées pour la nuit, ou alors il faut mettre 2 inserts.


Et vous les mamans vous êtes plutôt jetables ou lavables?

Rendez-vous sur Hellocoton !

THE frayeur

Enceinte on est à la fois, zen, stressée, heureuse, anxieuse…Et dès que bébé arrive nous sommes un peu plus dans l’angoisse enfin moi en tout cas! …Est ce qu’il grossit bien? Est ce qu’il voit bien? Est ce qu’il m’entend? Et si il a un problème neurologique? Il a de la fièvre que faire? Il vomit est ce grave?

Bref, dès que notre enfant est là, nos cœurs de parents n’ont pas fini de se faire des frayeurs.

Et en parlant de frayeur, Roloulou nous en a fait une belle il y a quelques temps…

Nous habitions dans une  maison à la campagne avec un immense jardin, et tout autour, des champs et des vaches. Roloulou adorait et adore toujours être dehors, et comme je n’avais pas envie d’y aller spécialement à chaque fois, je le laissais y aller seul, toujours devant la maison, fenêtres ouvertes.,pour garder un œil sur lui et l’entendre. J’allais le voir toutes les  2 minutes, en lui demandant si ça allait, en jouant un peu avec lui, puis je rentrais, je l’appelais en lui demandant si tout allait bien…

Et cet après-midi là , il ne m’a pas répondu…

Intriguée, je sors, je l’appelle, re-rapelle, je fais le tour de la maison, le stress monte, je hurle crie son prénom, je sens mes jambes se dérobaient je me sens mal. Je cours encore et encore, mon chéri qui ce jour là bosse à la maison, m’entend, je suis au bord de larmes. Je lui dis que je ne sais pas où est Roloulou, il se met à courir, pieds nus dans le jardin, dans tous les sens en appelant…rien, je crois que je vais devenir folle, mais il est où? Mon cœur s’emballe je tremble.

En 1/4 de seconde tout se bouscule dans ma tête: enlèvement, percuté par une vache, écrasé par une botte de foin, tombé dans l’eau (bon pas de plan d’eau à proximité mais dans ces moments là on pense à tout et n’importe quoi). J’ai vécu les minutes les plus horribles de ma vie en me faisant toutes sortes de films! Et les secondes  paraissent une éternité.

Collés à la maison il y a un grand garage, une très grande buanderie et une seconde salle bains, on rentre et qu’est c ‘qu’on y voit? Roloulou, tranquille, mettant le linge dans la machine à laver!

Mais pourquoi  il n’a pas répondu, ou n’est pas sorti ce petit morveux quand nous crions à gorgées déployées? Soulagement et culpabilité pour moi, la pression redescend en lui faisant un gros câlin…Après cette mésaventure il n’est pas sorti seul devant la maison pendant un bon moment !

Et chez vous les frayeurs c’est fréquent?


Rendez-vous sur Hellocoton !

48 Heures sans enfants ça ressemble à…

1  séance de cinéma:  ‘Alice au Pays des Merveilles, j’ai beaucoup aimé, du Tim Burton tout craché, un Johnny Depp parfait, égal à lui -même.

Un restaurant Libanais, excellent, je ne connaissais pas du tout cette cuisine: des plats copieux, bons et  pour finir en beauté: des pâtisseries orientales et un thé à la menthe… que du bonheur.

Une Kriek dans un pub histoire de bien finir la soirée.

Une grasse matinée, ne pas être réveillée à 7 heures du mat’, ça n’a pas de prix.

Du rangement: je continue mon ménage de Printemps, en m’occupant des  chambres des nains, en aspirant la voiture (remplie de pom’potes vides ainsi que des 18 dessins quotidiens ramenés par Rolouolou) et en vidant la cabane de jardin…

Du calme: pouvoir larver devant la télé en regardant autre chose que  Gulli ou T’choupi et lire un magazine tranquille sans avoir à attendre qu’ils soient couchés pour être peinarde ça a du bon!


De l’inquiétude, car en bonne mère angoissée poule que je suis je me demande toujours est ce qu’ils vont être bien? Est ce qu’ils vont être sages? Est ce qu’ils vont bien manger? Et si jamais ils sont tristes? Et si jamais ils se blessent? Et si ils se font piquer par une guêpe?  Est ce qu’ils vont bien se laver les mains en rentrant de la plage? Oui je sais des questions complétement futiles mais si ils ne sont pas avec moi je contrôle plus rien et ça me perturbe.

De l’impatience car j’ai trop hâte de les revoir, de les serrer dans mes bras et  les couvrir de bisous et de câlins.

Et vos Week-end sans les enfants vous les vivez comment?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petite piqûre de rappel

2 concours en ce moment sur le blog:

Le concours Bidouille & Poucette, qui vous fait gagner un joli t-shirt fille. Mais soyez bien attentives, et pas de précipitation, pour l’instant, sur 17 participations je n’ai que 7 bonnes réponses! Allez allez on ne fait pas n’importe quoi et on se concentre!

Puis l’autre concours c’est celui de Côtés Mômes, 1 semaine de vacances à gagner, pour cela il suffit de m’envoyer votre portrait de maman/bébé, profitez des beaux jours pour faire de jolies photos.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes petits gestes au quotidien

Depuis que j’ai des enfants j’essaye de faire attention à ce que j’achète et à la manière dont je consomme. Je traque les produits de soin contenant surtout du Paraben et d’ailleurs c’est honteux le nombre de produits pour bébé qui en contiennent ! Et côté nourriture je n’achète plus le produits contenant des graisses végétales hydrogénées et de l’huile de palme. Bon je mets 15 plombes à faire les courses car ça prend un temps fou de lire toutes les étiquettes, mais c’est pour la bonne cause! Certes il doit surement y  avoir encore un tas d’autres merdes choses à éviter mais  si on part de ce principe on se lave au savon de Marseille et on mange exclusivement du ‘fait maison’  et moi perso je ne sais pas faire les Granola, les Fingers ou les paille d’Or!! Donc pour l’instant sont exclus de notre alimentation les graisses végétales hydrogénées et l’huile de palme. Pour les produits d’hygiène, c’est le paraben l’ennemi numéro 1.

Je pense que le premier geste à faire si on est sensible à notre planète c’est le tri sélectif. J’essaie de temps en temps d’initier mes nains en leur indiquant dans quelle poubelle  va telle ou telle chose. J’estime que c’est important de le faire.

Justement pour limiter les déchets, quand les nains étaient petits, je n’utilisais pas de lait de toilette sur du coton. J’avais découpé dans un plaid polaire des carrés qui me servaient pour le change, et du liniment fait maison. J’avoue que j’ utilise encore quelques fois de lingettes car c’est très pratique pour les sorties ou les voyages. Par contre je ne me suis jamais mise aux couches lavables, j’aurais aimé mais pour moi ça me paraissait un sacré casse-tête!

J’ai eu une période ou je faisais ma lessive moi-même, avec du savon de Marseille mélangé à des huiles essentielles j’avais une lessive vraiment économique et totalement naturelle, d’ailleurs faudrait que je recommence tiens!

Concernant l’eau je ne la laisse jamais couler inutilement et ça m’horripile si je vois quelqu’un le faire, les nains ont bien compris la leçon ils savent très bien qu’on ne joue pas avec et qu’on ne la fait pas coulée inutilement. Tout le monde sait que la douche c’est mieux qu’un bain, perso je n’ai qu’une douche, à mon grand regret d’ailleurs car j’adore me plonger dans un bain bouillant avec plein de mousse…

J’ai viré mon balai espagnol pour prendre un balai vapeur, j’aime l’idée que seule la vapeur d’eau nettoie ma maison et que ce n’est pas un produit chimique qui le fait.

Pour le jardin il y a  un récupérateur d’eau, bien pratique pour arroser ou nettoyer ce qui se trouve dehors.

Mais il y a des choses que je sais pertinemment que je ne pourrais pas faire: Le potager pour cultiver nos propres légumes et ne pas en manger des bourrés de pesticides mais j’ai horreur d’aller fouiller dans la terre, alors ça je ne pourrai pas.

Le composteur, j’aurais aimé aussi mais sortir à chaque fois pour mettre ces épluchures et déchets alimentaires au fond du jardin ça me gonfle, alors je fais un petit tas et je donne au cochon du voisin, c’est moins loin!Feignasse.

Et puis  manger totalement bio, non, c’est hors de prix, je n’ai pas le budget en conséquence.

Par contre il n’y a pas l’autocollant ‘Stop Pub’ sur ma boîte aux lettres, j’adore lire la pub! Enfin je dis ça mais ça doit faire 1 an que j’en ai pas eu, ça doit être comme pour les calendriers, trop dur d’arriver jusqu’à ma boîte aux lettres!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Rester à la maison? Ah non je ne pourrais pas…

Voilà ce que j’ai sorti, il y a quelques années, à une amie quand elle s’est arrêtée de travailler pour s’occuper de sa fille.  ‘Mais tu fais quoi de tes journées? Tu t’ennuies pas? Ah non moi je pourrais pas rester qu’avec mon bébé toute la journée’. J’en étais convaincue…

Et puis quand j’ai eu mon fils dans les bras,  pour moi c’était une évidence, je ne me voyais pas le laisser à quelqu’un d’autre 3 mois plus tard. A ce moment là j’ai compris que mon amie ne pouvait pas s’ennuyer, j’ai compris pourquoi elle voulait être disponible pour sa fille, j’ai compris pourquoi elle me disait qu’elle aurait tout le temps de  retravailler plus tard, j’ai compris pourquoi le plus important pour elle c’était de voir grandir sa fille .

Je voulais être présente pour ses 1ers sourires, ses 1ers rires, ses 1ers progrès , ses 1ers pas. Oh non pour rien au monde je n’aurais laisser ces petits bonheurs à quelqu’un d’autre. 2 ans après ma fille naissait, j’ai pris un congé parental de 3 ans, idem je ne l’aurais pas laissée ailleurs qu’avec moi. On a qu’une vie merde et ils grandissent tellement vite…

Mon congé parental touche bientôt à sa fin j’en suis malade, mais en même temps je suis curieuse de voir si je peux gérer ma vie professionnelle et familiale . J’ai été heureuse de les avoir près de moi, de pouvoir les câliner, les embrasser, les emmener au parc…Comme je voulais. Tout ce que je n’aurais pas pu faire, ou alors différemment, si j’avais continué de travailler. Et non je ne m’ennuie pas à la maison, je n’ai personne pour me faire chier qui me dit ce que je dois faire. Si je n’ai pas envie de faire la vaisselle et bien ça attendra je préfère jouer avec mes nains dehors! Alors certes si mes enfants étaient tous les deux scolarisés j’aurais surement tendance à trouver le temps long, mais là avec Chouquette toute la journée je n’ai pas le temps de m’ennuyer.

Je considère que c’est un privilège de pouvoir rester à la maison, et je suis fière de l’avoir fait pour eux, pour nous . C’est mon choix, je respecte celui des mamans qui travaillent et qui sont épanouies alors qu’on respecte le mien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Pédibus

Souvent, en emmenant Roloulou à l’école  je croise  un petit groupe d’enfants et d’adultes à pied avec des  gilets jaunes. J’ai appris il y a peu,  lors d’une réunion à l’école, que c’était le Pédibus.

Mais c’est quoi le Pédibus? C’est un ramassage scolaire à pied encadré par des parents ou des adultes bénévoles. Les enfants  empruntent des circuits pédestres avec des arrêts entre leur domicile et l’école. Alternative à la voiture, premier pas vers l’autonomie, le Pédibus est un autobus terrestre pour les écoliers…Ce concept a un double objectif: une action environnementale: réduire l’impact de l’effet de serre causé par les gaz d’échappement des véhicules, et une action de santé publique: faire marcher les enfants. Dans mon village, le Pédibus  fonctionne  depuis près de 2 ans.


J’aurais bien aimé participer à cette belle initiative avec Roloulou, mais étant à l’écart du centre c’est assez compliqué. Et avouons  se réveiller un peu plus tôt pour aller s’oxygéner de bon matin je suis moyennement motivée. Mais bon qui c’est avec les beaux jours qui vont arriver, why not?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Imagination débordante ou gros mensonges?

‘Maman je me suis battu avec un dragon’, ‘Maman à l’école j’ai vu un garçon il avait deux nez et deux têtes’ ,’Maman la salle de spectacle c’était une boite à  lunettes’…

Depuis quelques semaines Roloulou nous sort des trucs de dingues,  on le laisse dire , mais quand ça commence à virer au ‘mensonge’ on le reprend. J’avoue on a dû pousser le bouchon un peu loin car on a réussi à le traumatiser avec Pinocchio…parents indignes. Il a eu aussi sa période ‘zideul’ , son pote imaginaire…Pour ça j’étais au courant donc on a laissé courir… Mais pour ses ‘hallucinations’ , je me suis penchée sur quelques livres pour savoir si mon nain était un mythomane en puissance…

Voilà ce qu’il en ressort:

Les vrais mensonges ne se manifestent que vers 6/7 ans, (Ouf! ). Avant l’enfant fabule, il se crée des histoires incroyables dans son imaginaire. Il est aussi dans la phase de toute puissance : il s’aventure, il découvre le monde. Il essaie de prouver aux autres quelque chose en inventant des histoires, il veut se rendre intéressant, attirer l’attention, parfois pour chercher à distraire son parent qui a des soucis. C’est d’ailleurs grâce à cette formidable aptitude à réinventer le réel que les jeunes enfants croient au Père Noël, à la petite souris ou aux cloches de Pâques.

– Comment réagir quand l’enfant ne nous dit pas la vérité?

Vers 4-5 ans, l’enfant a parfaitement conscience de sa bêtise et, pour éviter de se faire gronder, il va essayer de garder la face en mentant : il vient de renverser son verre de jus d’orange sur le canapé, on l’a vu. ‘C’est pas moi !’ Il nie l’évidence, pas gêné pour un sou il nous regarde dans les yeux en affirmant qu’il n’y est pour rien…tout juste si il accuse pas sa sœur……il se protège à sa façon, il a tout simplement peur de perdre notre amour. Le punir ne servirait à rien, réagir plutôt en lui disant ‘ je comprends que tu aies peur que je ne t’aime plus mais tu vois je t’aime toujours même si tu as ruiné le canapé renversé ton bol ‘. Il convient aussi de dire qu’il n’y a pas de monstres dans le placard, ou qu’il est trop petit pour avoir piloté un avion de chasse. N’entrez pas dans son jeu, montrez-lui que vous n’êtes pas dupes. Il importe surtout de ne pas l’humilier ou de le traiter de menteur, il pourrait finir par s’en persuader, et s’enfermer douloureusement dans son mensonge!

Il faut bien sûr être vigilent dans les années à venir, et veiller à ce que ces histoires les plus folles les unes que les autres ne s’installent pas dans la durée et deviennent récurrentes : un adolescent peut devenir “mythomane” et cela peut entraîner des troubles du comportement. Il est important de secourir l’enfant et ne pas le laisser s’installer dans l’affabulation.

Vos enfants aussi vous racontent des histoires abracadabrantes?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un fruit pour la récré

Depuis le lundi 4 janvier 2010, l’école maternelle de Roloulou s’engage officiellement dans l’opération ‘un fruit pour la récré’. La commune a souhaité participer à ce projet accessible depuis la rentrée 2009 à toutes les communes volontaires de France.

Proposé par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (co-financé par l’Europe), il se donne pour objectif principal d’amener chaque enfant, en période scolaire, à consommer un fruit supplémentaire par semaine , et à leur donner l’habitude, le goût et le plaisir de consommer des fruits.

Tous les lundis, il n’y aura que des fruits à la collation du matin et si tout n’est pas consommé, ces fruits seront proposés à la garderie, le soir même. Lundi c’était  la pomme, le responsable du restaurant scolaire viendra une fois par mois présenter un fruit aux enfants, leur apprendre son nom, expliquer où et comment il pousse …

Bonne initiative.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La crise de maman [publicité]

Si votre enfant vous fait une crise en public, dans un magasin par exemple, essayez ca :

Rendez-vous sur Hellocoton !