Mes enfants ne se supportent pas

Depuis quelques années Chouchoune et Roloulou ne se supportent plus. C’est bien plus que des chamailleries entre frère et soeur, ils peuvent en venir aux mains et aux gros mots et tout est bon pour qu’ils se prennent la tête pour bien souvent des trucs ridicules: “Pffff tu sais pas écrire ça, à 9 ans moi je savais écrire ça’, ‘J’ai su faire du vélo avant toi’ ‘Je me fais toujours punir  cause d’elle’ ‘Chouchoune elle se mêle de ma vie’ ‘Il a eu un bonbon à l’école et pas moi” Au centre de loisirs Roloulou il m’a tapé’ ‘ elle est trop chiante’il s’est même pas brossé les dents‘ ‘elle me laisse pas tranquille avec mes copains‘ et blablabli et blablabla ça peut prendre de telles proportions que ça en devient invivable à la maison. Jusqu’à maintenant j’ai pris sur moi…j’ai fait le gendarme aussi, j’ai rassuré, j’ai puni, j’ai crié, je leur ai dit de s’ignorer, de ne pas se regarder, de se mêler de leurs affaires  et de vivre chacun sa vie, mais là je suis paumée. L’ambiance est électrique, j’en arrive à ne pas avoir envie de me lever car je sais que dès le petit déj’ il y aura des prises de têtes. Rares sont les moments où ça se passe bien quand ils sont ensemble, même une simple balade en famille avec une petite copine de Roloulou ça dégénère. Alors évidemment moi je n’ai plus rien envie de faire avec eux, je n’ai plus envie de leur faire plaisir, je n’ai plus envie qu’ils gâchent nos moment en famille. Quand il y a juste le Boubou et  Chouchoune ou Roloulou avec son frère ça se passe très bien, mais alors les deux ensemble c’est un calvaire.

la-fratrie

Roloulou ira au collège en septembre prochain, sa sœur sera en CM2, et je pense que cela va changer beaucoup de choses (enfin j’espère)  qu’ils ne se voient pas la journée et peut-être  qu’ils retrouveront une complicité une fois à la maison.

Parce que cette complicité entre eux elle a existé, ils n’ont que 23 mois d’écart et ils se sont toujours bien entendus. Roloulou a toujours été attentif envers sa sœur, elle très câlin envers lui, ils jouaient beaucoup ensemble, j’ai plein de photos où ils se donnent la main, se prennent dans les bras, des vidéos où ils se marrent ensemble. Mais depuis quelques années plus rien. On a eu une discussion il y a peu de temps en essayant de savoir d’où venait le souci. En fait je n’arrive pas à savoir exactement le moment où ça a merdé. Roloulou m’a dit que c’est juste parce qu’ils avaient grandi, il m’a parlé de la séparation des parents aussi et moi j’ai pensé à l’arrivée du Boubou qui a peut être chamboulé leur équilibre. C’est dur de pointer du doigt le problème. Chouchoune en larmes nous a dit ‘Mais moi je l’aime mon frère c’est lui qui m’aime pas‘. (Aie mon petit cœur de Maman) Elle souffre d’être rejetée par son grand  frère, lui ne supporte plus sa sœur qui se mêle de ses affaires et moi je n’arrive même pas à les aider parce que je suis fatiguée. Ils ont plein d’exemples autour d’eux de frère et sœur qui s’entendent et quand je vois sur insta, et tous les différents  réseaux sociaux les familles Ricoré avec les enfants tous chamallow, souriants avec leurs frères et sœurs dans les bras  et bah franchement ici c’est l’opposé et ça fout bien les boules!

J’avais écrit cet article il y a 1 an et demi et je me rends compte que rien n’a évolué, pourtant j’adorerais les voir partager plein de moments ensemble: aller faire une balade tous les deux à vélo, les voir regarder ensemble un film sur la tablette de Roloulou, jouer à des jeux de société. Et bien non, chez nous ça ne se passe comme ça, l’harmonie dans notre maison c’est quand ils sont loin de l’autre. Mon Boubou comment il va grandir lui avec l’image de son frère et sa sœur qui se déchirent? Quand je lis que l’influence de nos frères et sœurs est bien plus grande que nous l’imaginons et  que ce que nous avons partagé dans l’enfance nous imprègne tous profondément, je me demande bien quels adultes ils vont être… Le matin Chouchoune part à l’école en me disant ‘Bon d’accord aujourd’hui je parle pas à Roloulou‘. Mais non, c’est tellement pas ça que je veux, mais en même temps si ça peut m’éviter de recevoir leurs plaintes et les accusations de la journée quand je vais les rechercher à l’école…

Mode culpabilité enclenché pour moi qui ne les vois en plus qu’une semaine sur deux et qui passe des semaines crevantes en se disant que finalement je n’ai pas passé de supers moments avec mes enfants. La dernière semaine où ils étaient à la maison ils ont demandé à dormir tous les trois dans la même chambre pour faire des jeux et nous sommes allés faire un bowling. Ils ont été cools car ils ne se sont pas pris la tête mais je sais que c’est tellement fragile encore… Je n’ai pas de solution pour que ça aille bien en fait, est ce que je devrais faire des choses avec eux deux sans le Boubou? Est-ce que je devrais leur imposer de faire des choses juste eux deux? Est-ce que je devrais les punir à chaque embrouille? Est-ce que c’est parce que je suis seule qu’ils m’en font bavé?… Je n’en ai pas la moindre idée… Ils se sont tellement éloignés l’un de l’autre en fait que je me demande si cela peut s’arranger. J’ai changé mon titre, je voulais mettre ‘mes enfants ne s’aiment pas‘ c’est peut-être exagéré mais c’est le sentiment que j’ai, c’est surtout Roloulou (et sa fierté) qui a peut être du mal à revenir vers sa sœur alors qu’elle serait super contente de le retrouver.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 réflexions sur “Mes enfants ne se supportent pas

  1. TPM dit :

    Ton article m’a fait sourire car chez nous, c’est un peu pareil, et je crois que c’est l’âge qui fait ça. Je ne me mêle plus de leurs disputes car j’ai l’impression que plus on s’en mêle, plus elles se disputent, c’est un cercle vicieux. C’est leur mode de communication. Parfois, ça va loin, les mots sont méchants, mais il reste encore et toujours la complicité. Quand elles sont vraiment seules à la maison, elles ne se disputent pas, elles s’entraident. Cette année, la grande est en 6e, la 2ème en CM1 et c’est vrai que ça va un peu mieux. Peut-être que tu auras toi aussi un peu de répît l’année prochaine ? 😉

  2. Djahann dit :

    Ma mère aurait pu écrire cet article ! Alors je n’ai pas de solution à te donner, si ce n’est de patienter ! Avec ma soeur, c’était comme ça ! Aujourd’hui, on est comme de vieilles amies !
    ça a commencé à s’arranger quand on était toute les deux au collège, malgré les crises d’ado. Finalement on a du se rendre compte qu’on n’était pas si différentes.
    Et ma mère est nounou et dans toute les familles où il y a 2 enfants et +, elle a constaté la même chose même si les parents sont vraiment de bons parents, présents, etc….
    Je te dirais qu’il y a juste à patienter, tout en rappelant aux enfants que tu les aimes autant l’un que l’autre, chacun pour ses qualités qui sont différentes de celles de l’autres.

  3. Avalon dit :

    Je pense en effet que c’est l’âge. Je suis l’aînée (25 ans) et j’ai deux petites soeurs (24 et 18 ans). Nous pouvions parfois en venir aux mains et se dire les pires choses au monde. Mais en grandissant, nos relations se sont clairement améliorées au point d’être presque fusionnelles. Cela a clairement pris du temps. Je dirai que quand j’ai commencé à être vers la fin du lycée, je me suis entendue avec mes soeurs, à nous comprendre surtout. Nous sommes différentes. Nous avons aussi nos points communs et, finalement, on s’en est découvert pleins au fur et à mesure. Nous comprenons aussi que l’autre a besoin de son espace personnel. A l’heure actuelle, avant chaque rentrée, nous nous organisons un week-end juste pour toutes les trois, sans nos parents. C’est notre moment à nous. On va généralement au cinéma et au restaurant, on discute pendant des heures… Je pense que c’est juste un passage.

  4. Lucky Sophie dit :

    Si tu dis qu’ils ont demandé à dormir tous les 3 dans la même chambre et que ça s’est bien passé, c’est déjà une belle lueur d’espoir ! Courage, j’imagine que ça doit être super dur de les voir comme cela :/

  5. Maman Poule et Cie dit :

    J’ai passé mon enfance à me disputer avec mon grand frère et ma sœur, ma mère devenait folle !! Nous, ce qui nous a sauvé, c’est l’entrée successive de chacun à l’internat (en 2de). On ne se voyait plus que le week-end et finalement, on était contents de se retrouver !
    Aujourd’hui, on est très proches et le plus dur, ce sont ces 3 maudites heures de route qui nous séparent !
    Donc, même si je comprends que ce soit dur pour toi (les miens, encore petits, se disputent aussi beaucoup), je ne pense vraiment pas que ton éducation soit en cause. Malheureusement, je n’ai pas de solutions à te proposer…

  6. lexou dit :

    Je n’ai pas de solution à t’apporter, mais j’imaginent qu’ils grandissent et que ton ainé veut son indépendance.Enfin peut être…ils ont surement des goûts en commun ou des passions d’activités qui les rassemble?Ce ne doit pas être évident ca c’est clair, j’espère qu’à l’avenir la complicité reviendra, mais quand on grandit on comprend plu de choses…

  7. MissBrownie dit :

    Avec 18 mois d’écart, mes 2 grands sont dans la même situation que les tiens.
    J’avoue, l’année dernière quand T-Biscuit était en 6ème et Chupa en CM2, leurs relations se sont améliorées mais comme je m’en doutais, l’arrivée au collège de Chupa nous a fait faire des pas en arrière.
    T-Biscuit aimerait qu’ils ne soient pas dans le même lycée dans quelques années. Il n’aime pas avoir sa soeur dans les parages.
    Avec ma soeur, la période collège avait été plutôt dure entre nous. Le fait de ne pas être dans le même lycée avait arrangé nos rapports.

    Il ne faut pas perdre espoir. Certes c’est dur mais ça s’arrangera. En tout cas, je ne pense pas qu’il faille leur imposer des moments ensemble.

  8. Femin'elles dit :

    @TPM ça va être long septembre prochain pour avoir du répi 😉

    @Djahann patienter, je pense qu’il n’y a pas d’autres solutions. ‘Ca va passer quand ils seront plus grands’ voilà ce que j’entends

    @Avalon j’espère vraiment qu’en grandissant ça va s’améliorer car c’est vraiment une sale période qui dure

    @Lucky Sophie j’aimerais vraiment qu’ils y passent des moments comme ça plus souvent et qu’ils mettent leurs querelles de côté

    @Maman Poule et Cie oh mon dieu en seconde! Mais je serais à l’asile d’ici là 🙂

    @lexou non, il n’y a pas grand chose qui les rassemble. Un exemple:il suffit qu’on décide d’aller faire un tennis (Chouchoune en a fait 1 an et c’est l’activité de Roloulou cette année) pour que de suite ça peste et hurle car sa soeur n’a pas le même niveau que lui

    @MissBrownie l’entrée au collège de Roloulou va changer les choses alors d’après ce que je lis- du moins pour une année- J’en suis venue à me dire qu’ils vont aller chacun dans un internat ^^

  9. Callie dit :

    J’avoue que c’est un des “problèmes” qui me minera encore longtemps… tant que je ne comprendrais pas, tant que je n’accepterais pas qu’il n’y a rien à comprendre… Je me demande encore ce que j’ai pu rater-oublier-malformer… dans leur éducation, dans ma façon d’être avec eux… pour générer autant de disputes, d’aigreurs, de dissensions, de refus de compréhension… entre mes enfants… J’ai du mal à imaginer que seuls leurs caractères soient en cause… pas “trois” dans la même famille tout de même…
    mais depuis qu’ils sont “moins” l’un sur l’autre, l’un avec l’autre, certaines choses s’arrangent… pas toutes… Demain est un autre jour, paraît-il…

  10. Pedegert dit :

    Bonsoir,
    Je n’ai pas de solution miracle mais tout ce que je peux vous dire, c’est de faire en sorte que le lien ne soit jamais coupé.
    Ma sœur aînée à 5 ans de plus que moi. Elle a grandi, elle voulait vivre son adolescence et moi j’étais collée à elle car elle était mon modèle et je voulais faire tout comme elle. Mais elle me rejetait et moi je devenais désagréable du coup.
    Mes parents n’ont pas réussi à garder un lien entre nous deux. Nous sommes autour de la quarantaine maintenant, nous ne sommes pas fâchées mais pas proches non plus. C’est dommage…
    Alors essayez toujours et encore à leur faire garder un lien. Ce n’est pas simple mais ça vaut le coup. On a besoin de cet amour-là.
    N’hésitez pas à consulter un psy ou tout autre personne qui pourrait vous aider. Julie

  11. Caroline dit :

    @Callie coucou la culpabilité maternelle, moi aussi je me demande ce que j’ai raté! Attendre que ça passe… Vouloir les séparer mais pas qu’ils s’éloignent l’un de l’autre… Vouloir leur faire faire des choses ensemble… Je n’ai pas de solution

    @Pedegert je souhaite qu’ils gardent un lien quand ils seront adultes c’est vrai que c’est important et je souhaite qu’ils soient complices. Mais quand je les vois là maintenant je me dis que c’est impossible, qu’inévitablement ils vont s’éloigner , et qu’ils vivront éloignés dans les prochaines années. J’espère que l’avenir me contredira…

  12. Anaïs C. dit :

    Bonjour à la maman!
    J’avais envie de glisser un message ici. Comme d’autres lecteurs(rices) ont pu le dire, c’est peut-être bien lié à l’âge.
    Je l’ai moi-même vécu avec mon frère de 4 ans mon cadet. Tout allait bien, plein de photos en sont la preuve et puis du jour au lendemain je ne pouvais plus le voir en peinture. Moi-même je ne me souviens pas de ce qui a déclenché la débâcle. C’est allé assez loin, des insultes et des violences physiques, il en a eu une belle dose et mes parents n’ont pas trouvé de moyen de me calmer sur le sujet non plus (ce n’est pas de leur faute 🙂 ). Ca a duré plusieurs années, de mes 7 ans jusqu’à environ mes… 11 ans peut-être. A ce moment mon comportement a fait volte-face et je me suis mise à le repousser et refuser tout contact avec lui, ne lui adressait plus la parole, n’acceptait pas qu’il pose un doigt sur moi c’était physique (j’ai compris il y a peu que je me punissais après ces années de violence et ne pouvais accepter l’affection qu’il m’apportait malgré tout ce que je lui avais fait subir). Ca a duré jusqu’à la fin du lycée. Il aura fallu cette année d’échange à l’étranger loin de ma famille pour améliorer la situation. J’en suis revenue transformée et je manifeste énormément d’amour envers mon frère aujourd’hui, amour inconditionnel qui l’a même effrayé au départ tant il n’en avait pas l’habitude. S’il lui arrivait quoique ce soit aujourd’hui je serais brisée…
    Bon, je ne dis pas qu’il faille envoyer votre fils et votre fille loin de la maison mais ce que j’ai compris c’est que ce temps loin d’eux m’a permit d’apprendre à me connaître au plus profond de moi-même et d’être en accord avec qui je suis, de m’accepter. Je ne pense pas qu’il faille forcer le contact mais justement leur donner l’espace dont ils pourraient avoir besoin pour mieux se connaître eux-même. Quand on est en colère contre quelqu’un ce n’est pas l’autre qui est “mauvais”, c’est que cette personne reflète quelque chose que l’on a mais qu’on n’accepte pas ou que l’on manque en nous-même et ça nous met dans des états pas possible.
    Je me veux encourageante. Ca a prit pas mal d’années, sans doute trop, mais aujourd’hui je vis à Séoul et si il y a bien quelque chose qui me manque affreusement c’est mon frère et ma soeur (soeur a qui on en a fait voir de toutes les couleurs aussi d’ailleurs 😉 ).
    Un(e) thérapeute pour les jeunes enfants pourrait vous donner des pistes pour travailler sur la situation ou vous aider à comprendre avec vos enfants pourquoi cette situation a démarré… ce n’est qu’une idée que je n’ai pas testé mais mon échange à l’étranger a bien été comme une thérapie de vie pour moi. Ca m’a sauvé la vie.
    J’espère de tout coeur que vous et vos enfants trouveront le déclic même si cela doit prendre encore quelques années.
    Toute ma tendresse!
    Anaïs.

  13. maman@ome dit :

    Aïe. Je compatis et je ne crois pas que l’âge ou la différence ait quoi que ce soit à voir. Mes fils ont 6,5 ans d’écart et s’inscrivent à peu de choses près dans la même relation. Sauf que ça leur arrive de jouer ensemble et de bien s’entendre aussi.
    C’est invivable en effet, d’abord parce que ça nous fracasse la tête mais aussi parce que ce n’est pas ce qu’on veut pour eux, voir deux personnes qu’on aime se déchirer c’est dur.
    A table c’était l’enfer, ils n’ont du coup plus le droit de parler ça fait au moins un moment de répit. Je crois qu’il y a des choses qui se jouent quand ils grandissent, des jalousies peut être face à papa et/ou maman, au petit dernier, une expression de leur mal être, peut être la séparation d’avec leur papa … peut être devrais tu penser à consulter un pédopsy ça pourrait t’éclairer. En tout cas bon courage. <3

  14. Sido dit :

    Bonjour,
    je vois que beaucoup de mamans vous conseillent de consulter un pédopsy ou de faire une thérapie familiale. Moi j’aurais deux pistes pour vous :
    – une thérapie systémique : ce n’est pas axé sur la psychanalyse mais sur les rapports qu’entretiennent tous les membres de la famille entre eux – pas que le ou les membres qui pose(nt) problème – ils considèrent que tout le système inter-relationel est à revoir, et ils proposent de faire des petits ou gros changements pour impulser des changements dans les comportements problématiques. Pour résumer, comment demander à l’autre de changer si je ne change pas moi-même ? On ne cherche pas qui a commis une faute, on n’accuse personne, on cherche à déséquilibrer le “système” pour mieux le rééquilibrer.
    – Le livre “frères et soeurs sans rivalité” de Faber et Maslish aux éditions du Phare (Canada) peut déjà apporter des pistes
    J’espère que vous aurez à coeur de prendre ce problème à bras le corps, car ça m’a l’air difficile à vivre !
    Sido
    (maman aussi)

  15. Femin'elles dit :

    @Anaïs C. Merci beaucoup pour votre témoignage. Je vois que l’éloignement a été votre thérapie et a totalement transformé vos rapports avec votre frère. Il est encore un peu tôt ici pour envisager une telle séparation mais j’attends déjà de pied ferme l’entrée au collège de mon fils ainé!

    @maman@ome j’ai pensé oui au pédopsy,peut-être que cela pourrait les aider

    @Sido merci pour vos pistes, c’est vrai que je ne me suis pas du tout tournée vers les livres, je vais aller jeter un oeil et pour la thérapie systémique je trouve ça génial je ne connaissais pas du tout je me renseignerai aussi

  16. carreau elodie dit :

    bonjour
    je vous comprend très bien, à l’instant oùj’écris je suis bouleversée par les mots qui sont sortis de moi sur le chemin du retour à l’école. Mes loulous ont 10 et 7 ans, ils ne s’entendent pas, se chamaillent tout le temps et se font de la provocation h24!!! je supporte plus ces rapports, nous sommes devenus des gendarmes et plus des parents, je ne sais plus quoi faire, cela me ronge et me fait dire des choses qui dépasse de loin ma pensée 🙁 .

  17. Camila dit :

    Bonjour ! Je suis tombée sur cet article qui a bien résonné en moi 🙂 je suis née en octobre 1992, j’ai une soeur aînée née en février 1991 – autant dire qu’on est assez proches en âge mais la vérité est qu’on ne peut pas se blairer, n’ayons pas peur des mots !
    J’ai une autre soeur, plus jeune que moi de quatre ans, que j’adore littéralement mais l’autre, mais alors c’est pas possible qu’on se regarde sans se fritter. Heureusement que je ne vis plus à la maison depuis longtemps parce qu’on en est déjà venues aux mains, elle a essayé de m’étrangler un jour, bref cette fille est au-dessus de mes forces. Je ne me reconnais pas en elle : elle est jalouse, capricieuse, fainéante, envieuse, elle adore colporter des ragots et médire sur tout le monde et surtout sur notre mère qu’elle qualifie tout simplement de “salope”, TOUT VA BIEN. Elle voulait être fille unique et nous déteste, ma petite soeur et moi, parce qu’on est nées – mais on ne sent pas atteintes, on vit notre vie à nous et elle, elle reste cloîtrée dans sa chambre à ruminer, pauvre fille.
    Enfin voilà, 3615 my life, juste pour vous dire que ça arrive. On est soeurs, on est frères, mais on n’est en rien obligés de s’aimer ! Après, je reconnais que même si on n’est pas obligés de s’apprécier, on doit quand même se respecter – et même ça, je ne peux pas.
    Le sang ne fait pas tout 🙂

    Bonne continuation surtout ! J’espère que ça va s’arranger quand même parce que cette situation est assez triste à vivre en tant que parents.

  18. Caroline dit :

    @carreau Elodie comme toi je dis des choses qui dépassent ma pensée mais ils me mettent tellement à bout que je ne sais pas comment réagir…

    @Camila ah oui c’est chaud quand même le rapport que ta sœur a avec vous! En tant que parent j’essaye de savoir pourquoi on en est là mais des fois je me dis qu’il ne faut peut-être pas avoir de réponse à ses questions!

  19. Smidge dit :

    Il y a des choses qu’on ne contrôle pas. Et c’est le cas des relations entre nos enfants.

    On ne peut pas obliger des personnes à s’apprécier, ça ne dépend pas de nous.

    Alors parfois c’est juste une passage. Parfois ça sera pour longtemps.

    Les gens grandissent. Parfois ça revient, parfois non. Je pense qu’il faut faire avec.

  20. Sonia dit :

    Mes enfants ne se supportent plus depuis que la + jeune a eu 2 ans. Et c’est de pire en pire. Ils ont maintenant 11 et 7 ans et c’est invivable. Je ne supporte plus cette situation conflictuelle permanente. Il m’arrive de – en + de crier jusqu’à en perdre ma voix parce qu’en fait je me sens impuissante devant tant de conflits et de rivalités entre eux. Il n’y a plus aucun moment positif depuis longtemps, pas 5mn de calme dans la maison. Je n’arrive même plus à profiter d’eux. Je ne supporte plus ça. Et je ne les supporte plus. Je ne comprends pas pourquoi ils sont comme ça entre eux. Le pire est que ma fille souffre que son frère ne puisse pas la supporter et ne veuille jamais être avec elle. Un simple bisou de sa sœur, devenu treees rare, le dégoute ! Help !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Subscribe without commenting